Comptes courants facturés par les banques : voici comment y échapper

29 Décembre, 2015, 16:02 | Auteur: Nathanaël Gerin
  • EcoDigestEn 2015 70% des banques françaises facturaient des frais de tenue de
compte. 	70

Et le temps presse pour les clients qui voudraient refuser ces frais de tenue de compte. Une pratique dénoncée par une association de défense d'usagers... Exception faite d'Axa Banque et Monabanq qui soumettent la gratuité sous réserve de la détention d'une carte bancaire, la quasi-totalité des banques en ligne n'appliquent pas de frais de tenue de compte.

L'Afub estime que la décision, par le Crédit Mutuel, BNP Paribas et la Société Générale, de facture une tenue de compte quasiment identique (entre 2 et 2,50 euros par mois) pourrait être issue d'une concertation entre les banques afin que la facturation des frais ne fasse pas fuir les clients.

Environ 80% des établissements factureront alors des frais de tenue de compte, contre 40% seulement il y a trois ans. "Deux actions seront déposées à titre officiel mercredi", l'une auprès de l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR), l'autre auprès de l'Autorité de la Concurrence, a précisé Serge Maître, secrétaire général de l'AFUB à l'AFP.

L'AFUB va également saisir l'Autorité de la concurrence sur une éventuelle " suspicion de concertation " entre la BNP Paribas, la Société générale et le Crédit mutuel quant à la mise en œuvre des frais de tenue de compte bancaire. Société Générale et BNP Paribas rejoignent ainsi un mouvement déjà largement engagé avant elles par des banques soucieuses de rattraper le manque à gagner lié au plafonnement ou à l'interdiction de frais divers (commissions d'intervention, envoi de relevés papier, émission de chèques...) et l'accroissement, selon elles, des coûts de sécurisation des transactions.

" Nous saisissons l'Autorité de la concurrence pour qu'elle veille à vérifier que cette situation est tout à fait conforme aux règles qui régissent des rapports transparents", a expliqué le secrétaire général de l'AFUB.

"Il y a une violation de la loi" qui justifie la saisine de l'ACPR, argue le secrétaire général de l'AFUB, une banque devant informer par écrit ses clients au moins deux mois avant toute modification de tarifs. Quelques caisses régionales du Crédit Agricole et des Banque populaires ainsi que la Caisse d'épargne d'Île-de-France ou la Société marseillaise de crédit restent aussi gratuites.

Recommande: