La Turquie veut éloigner les Kurdes en Syrie

31 Août, 2016, 10:15 | Auteur: Phil Beauvilliers

Ankara demande depuis longtemps le retrait des Unités de protection du peuple vers la rive est de l'Euphrate de peur qu'elles ne réussissent à établir un Etat kurde dans le nord de la Syrie.

Ankara a également prévenu qu'elle continuerait de frapper les combattants kurdes syriens dans le nord de la Syrie tant qu'ils ne seraient pas revenus à l'est de l'Euphrate en Syrie. La Turquie a décidé de continuer de viser les combattants kurdes dans le nord de la Syrie tant qu'ils n'auront pas reculé à l'est de l'Euphrate.

"Les YPG, comme les Etats-Unis l'ont promis (.), doivent repasser à l'est de l'Euphrate dès que possible et tant qu'elles ne le feront pas elles (resteront) une cible", a déclaré le ministre des Affaires étrangères, Mevlüt Cavusoglu.

Ankara considère le PYD et sa branche armée comme des organisations " terroristes ", bien qu'elles soient épaulées, en tant que forces combattant efficacement les djihadistes, par Washington, allié traditionnel de la Turquie. Les autorités turques dénoncent de leur côté "le nettoyage ethnique" mené par les YPG dans les régions qu'ils contrôlent.

Mais l'émissaire présidentiel américain auprès de la coalition internationale antijihadiste, Brett McGurk, a qualifié lundi les affrontements entre la Turquie et les forces arabo-kurdes soutenues par les Etats-Unis d'"inacceptables", appelant toutes les parties à "cesser" les combats.

Ce cessez-le-feu est en vigueur depuis lundi minuit et tient bon, a précisé Charfan Darouich, porte-parole du Conseil militaire de Manbij, allié des FDS.

Dimanche, l'armée turque avait affirmé avoir tué "25 terroristes kurdes", après avoir essuyé la perte d'un premier soldat au sol.

Les combats s'étaient concentrés au sud de la ville syrienne de Jarablos, prise mercredi dernier par les rebelles pro-Ankara.

Ankara a exprimé à maintes reprises ses inquiétudes sur les activités du YPG le long de la frontière turque et insiste que les forces du YPG ne devraient pas passer sur la rive ouest de l'Euphrate. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recommande: