Fessenheim: EDF convoque le comité d'entreprise

14 Septembre, 2016, 14:14 | Auteur: Nathanaël Gerin
  • Fermeture de Fessenheim appel à la grève chez EDF mercredi

La CFE-CGC a maintenu son appel à la grève ce mercredi 14 septembre pour protester contre la fermeture de Fessenheim, alors que le comité central d'entreprise d'EDF (CCE) est convoqué unilatéralement pour être informé du projet ce jour-là.

Outre la grève, un rassemblement est prévu devant le siège du CCE, à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), auquel devrait participer une centaine de salariés de Fessenheim.

"Saboter un outil industriel qui fonctionne, qui produit de l'électricité à bas coût sans émettre de gaz à effet de serre est un vrai scandale", s'insurge-t-elle. Elle doit y présenter l'accord trouvé le mois dernier avec le gouvernement sur les conditions d'indemnisation du groupe en compensation de la fermeture de la centrale nucléaire.

L'arrêt définitif de la centrale nucléaire, promesse de campagne de François Hollande en 2012, est fixé à l'horizon 2018.

L'accord prévoit une indemnisation par étapes, avec un premier versement "de 100 millions d'euros" au moment de l'arrêt de la centrale, en service depuis 1977, et "des étapes ultérieures en fonction de plusieurs paramètres, dont le prix de l'énergie" dans les années suivant la fermeture, selon le ministère de l'Energie.

"Si l'engagement du chef de l'Etat dans le combat climatique est sincère, alors rien ne justifie la fermeture anticipée d'une centrale nucléaire, moyen de production électrique non émetteur de CO2", fait-elle valoir dans un communiqué publié ce mardi.

"Le syndicat précise qu'il "s'oppose fermement à cette décision", considérant qu'elle "ne repose que sur des choix purement politiques et électoralistes". Quant à FO, elle fustige une indemnité ridicule versée par l'Etat et qualifie la fermeture de non-sens économique et social.

Pour les syndicats comme pour la CFE-CGC, si la priorité de l'Etat est de refonder la filière nucléaire, il demande plutôt au gouvernement de "s'attacher à sécuriser la prolongation du parc nucléaire existant, essentielle à la sécurité et à la compétitivité énergétiques du pays mais aussi à la pérennité de l'important tissu des entreprises sous-traitantes".

Recommande: