Etats-Unis: un manifestant "dans un état critique" à Charlotte

23 Septembre, 2016, 18:18 | Auteur: Phil Beauvilliers

Mais selon le frère de la victime, ce n'est pas une arme ou quoi que ce soit de mortel que l'homme tenait: c'était un livre.

Une vigile tenue à la mémoire de Keith Lamont Scott, un père de sept enfants tué mardi lors d'une échauffourée avec la police, a dégénéré en émeute mercredi soir, alors que de nombreux citoyens sont descendus dans les rues pour manifester.

Les policiers ont fait usage de gaz lacrymogène contre plusieurs centaines de manifestants qui leur faisaient face dans le centre de cette ville du sud-est des États-Unis et au moins une personne a été blessée en chutant pendant le face à face, selon le journaliste de l'AFP.

Le policier qui a abattu la victime a été identifié comme étant Brentley Vinson, un agent qui est lui-même noir.

Les autorités américaines s'efforçaient jeudi d'endiguer la flambée de violences dans la ville de Charlotte, où l'armée a été appelée en renfort pour contenir les manifestants qui dénoncent l'homicide d'un Afro-Américain par un policier. Plusieurs véhicules de police ont été attaqués et endommagés. Seize policiers ont été blessés, ainsi que des manifestants. Un aveu semblant affaiblir la thèse policière selon laquelle le policier qui a tiré était directement menacé par Keith Lamont Scott.

"En dépit de ces sommations orales, il est sorti de son véhicule une arme à la main", a relaté le chef de la police.

Quarante-quatre personnes ont été interpellées dans la nuit de mercredi à jeudi dans la ville américaine de Charlotte, a souligné M. Putney.

Vendredi déjà, Terence Cutcher, un Noir américain de 40 ans, avait été abattu par une policière blanche lors d'un simple contrôle routier à Tulsa (Oklahoma).

Les tensions raciales ont été ravivées aux Etats-Unis depuis deux ans par une succession de bavures et de violences policières, souvent envers des hommes noirs non armés.

Le recours à l'imposition d'un couvre-feu était également envisagé par les autorités locales, après cette deuxième nuit de violences au cours de laquelle un manifestant a été très grièvement blessé par balle et deux policiers ont subi des blessures mineures à l'oeil. Aucune arme n'a été retrouvée ni sur Crutcher, ni dans sa voiture, a-t-il précisé.

L'omniprésence de caméras vidéo - de la police ou du public - ont aussi permis à l'ensemble de l'Amérique de découvrir ces excès.

"Encore un Noir non armé tué dans une intervention de la police". Cinq agents ont été abattus à Dallas, au Texas, le 7 juillet et trois autres ont été tués 10 jours plus tard par un autre homme en Louisiane, à Baton Rouge. "C'est insupportable et cela doit devenir intolérable", a déclaré depuis la Floride la candidate démocrate à la Maison Blanche Hillary Clinton.

Recommande: