3 000 euros d'amende avec sursis pour Anne-Sophie Leclère — Ardennes

28 Septembre, 2016, 18:58 | Auteur: Nathanaël Gerin
  • 3 000 euros d'amende avec sursis pour Anne-Sophie Leclère — Ardennes

Questionnée alors sur un photomontage publié sur sa page Facebook et qui montrait d'un côté un petit singe et de l'autre la garde des Sceaux de l'époque, avec les légendes "à 18 mois" et "maintenant", Mme Leclère avait notamment répété, "c'est une sauvage", et lancé: "A la limite, je préfère la voir dans un arbre (.) que de la voir au gouvernement". Cette ancienne candidate du Front national aux municipales dans les Ardennes écope de 3.000 euros d'amende avec sursis, alors que le parquet avait requis deux mois de prison avec sursis. "Je pense que le tribunal a tenu compte du fait qu'Anne-Sophie Leclère a largement payé", a-t-il dit à Reuters, parlant de "lynchage médiatique et judiciaire scandaleux". Si l'ex-tête de liste FN aux municipales de 2012, avait affirmé qu'il s'agissait d'"humour" et que "cela n'avait rien à voir" avec du racisme sur France 2, elle avait finalement été suspendue de ses fonctions par Marine Le Pen, sur la proposition de la commission de discipline de la formation d'extrême droite. Sa cliente, qui a exprimé des regrets à l'audience, a dû fermer son magasin et a été "proscrite socialement" à la suite de la médiatisation de cette affaire, assure l'avocat. En juillet 2014, le tribunal correctionnel de Cayenne en Guyane, ancienne terre d'élection de Christiane Taubira, l'avait condamnée à la peine hallucinante de neuf mois de prison ferme et cinq ans d'inéligibilité. Condamnation annulée le 22 juin par la cour d'appel, qui avait jugé " irrecevable" l'action menée par l'association Walwari (un mouvement cofondé par l'ancienne garde des Sceaux début 1993). Jérôme Triomphe avait soulevé à Paris un moyen d'irrecevabilité, estimant que sa cliente ne pouvait pas être poursuivie une nouvelle fois, alors qu'elle l'avait déjà été à Cayenne. Elle avait comparé l'ancienne ministre de la Justice Christiane Taubira à un singe.

A l'automne 2013, Christiane Taubira a été la cible d'une série d'attaques racistes du même acabit, qui ont suscité une vague d'indignation, jusqu'au Haut Commissariat des droits de l'Homme, une agence de l'ONU. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Recommande: