"Révélation" : la campagne de AIDES sur le Tasp !

25 Novembre, 2016, 23:08 | Auteur: Djeferson Maurice

Avant la Journée mondiale de lutte contre le sida, le 1er décembre prochain, l'association Aides explique avec TBWA\Paris qu'une personne séropositive sous traitement ne transmet plus le virus. Or, les médicaments antirétroviraux sont aujourd'hui efficaces au point de rendre le virus indétectable dans le sang ou les fluides sexuels. Les personnes séropositives ne transmettent alors plus le VIH, même en cas de relation non protégée par préservatif. "Car ce qui pèse aujourd'hui le plus sur la qualité de vie des personnes séropositives, ce n'est pas le virus". En France, 86% des personnes séropositives dépistées et traitées sont concernées, et donc en bonne santé. Ce sont les discriminations quotidiennes qu'elles subissent. Ces discriminations qui touchent à l'intime sont ressenties de façon extrêmement violente par les personnes séropositives.

À travers 4 visuels en noir&blanc, photographiés par Mathieu Cesar, la campagne nous délivre un message simple mais qui a pourtant encore du mal à rentrer dans la tête des gens: " Les séropositifs ont beaucoup de choses à nous transmettre. "Par peur du rejet, de nombreuses personnes s'empêchent d'avoir des relations affectives ou sexuelles, n'osent plus parler de leur pathologie, évitent de prendre leur traitement en public", commente Aurélien Beaucamp.

Le compte de l'association AIDES, qui vise à lutter contre la propagation du virus du sida, a annoncé sur Twitter que sa page Facebook était à nouveau accessible. Un message fort et une façon de marquer les esprits en faisant passer le message avec douceur et sérénité. Chaque visuel présente un couple faisant l'amour lors d'une activité sportive ou artistique: parachutisme, plongée sous-marine, danse et piano.

Le motif est noble: faire savoir que les personnes séropositives qui suivent un traitement ad hoc ne contaminent pas les autres, et réduire un décalage considérable entre les progrès thérapeutiques et la perception sociale du VIH.

Recommande: