EN DIRECT - Barack Obama : "L'histoire jugera l'impact énorme" de Fidel Castro

26 Novembre, 2016, 22:31 | Auteur: Djeferson Maurice

L'annonce de la mort de Fidel Castro a été accueillie dans la liesse par un millier de Cubains de Miami aux cris de "Cuba libre!", "liberté, liberté!", accompagnés de champagne, de selfies et de chants avec des concerts de tambours et de casseroles.

L'ancien président de l'ex-Union soviétique Mikhail Gorbatchev a déclaré que Fidel Castro a fait tout son possible " pour détruire le système colonial du XXe siècle ".

"Ce que les impérialistes ne peuvent nous pardonner, c'est d'avoir fait triompher une révolution socialiste juste sous le nez des États-Unis", dira au début des années 1960 Fidel Castro.

Le président vénézuélien Nicolas Maduro a rappelé le départ il y a 60 ans de Fidel Castro du Mexique, accompagné de son frère Raúl et de dizaines de partisans pour entamer la révolution cubaine. Sans oublier sa contribution qu'il avait apportée à la formation des cadres guinéens dans plusieurs domaines entre autres en Médicine, Sociologie, Agriculture, Sécurité et l'Elevage.

Décrété par John Fitzgerald Kennedy en 1962 à la suite des expropriations décidées après la prise de pouvoir de Fidel Castro, l'embargo commercial des États-Unis contre Cuba avait été assoupli par l'administration Obama en 2014.

Dans un communiqué, M. Obama a estimé que "l'Histoire sera comptable et jugera de l'impact énorme" de "la figure singulière" de Fidel Castro.

Au contraire, Donald Trump a tonné contre "un dictateur brutal qui a opprimé son peuple" et le prochain président américain s'est engagé à "tout" faire pour contribuer à la "liberté" et à la "prospérité" du peuple cubain. En octobre, il avait même affirmé qu'il ferait "tout pour obtenir un accord solide" avec La Havane, laissant ainsi présager un retour en arrière.

Le président chinois, Xi Jinping, a soutenu que le dirigeant communiste avait " fait des contributions historiques immortelles pour le développement du socialisme dans le monde ".

Mitch McConnell, chef de la majorité républicaine au Sénat, a espéré lui que Raul Castro pourrait désormais "tourner la page" de l'oppression. "Toute sa famille est criminelle", ajoute-t-il.

En Bolivie, le président Evo Morales a tweeté: "Notre admiration et notre respect pour Fidel, le leader qui nous a enseigné à nous battre pour la souveraineté de l'Etat et la dignité des peuples du monde". Dans un communiqué, le président russe écrit que le lider maximo "était un ami sincère et fiable de la Russie".

" Je sais que mon père était très fier de le considérer comme un ami, et j'ai eu l'occasion de rencontrer Fidel lorsque mon père est décédé", a-t-il dit.

Recommande: