Les dernières cartouches de Juppé et Fillon — Primaire à droite

26 Novembre, 2016, 19:31 | Auteur: Djeferson Maurice
  • Les dernières cartouches de Juppé et Fillon — Primaire à droite

Et un très possible président de la République en mai 2017. Affichant une confiance sereine, il a toutefois noté que "rien n'est acquis" pour dimanche.

Pourquoi ce vote revêt-il une telle importance?

Après un débat télévisé jugé "digne", le député de la Sarthe a décliné vendredi sa campagne de second tour.

Deuxièmement, parce que l'extrême droite de Marine Le Pen paraît bien installée dans le paysage, avec une solide base située entre 25 % et 30 % de l'électorat.

"Le niveau de participation sera à peu près du même ordre" qu'au premier tour, estime encore Jérôme Fourquet.

Il est désormais donné largement vainqueur du second tour, dimanche, avec 61% des intentions de vote, par un sondage OpinionWay publié vendredi.

C'est l'institut Opinion Way qui a dégainé son étude en premier. Des deux, Juppé est le plus modéré. Les deux hommes politiques ont eu un débat houleux notamment lorsque la question de l'IVG est abordée. "Sa stratégie d'entre-deux tours s'inscrit dans cette logique de séduction du cœur des sympathisants Les Républicains". S'il n'a pas jeté l'éponge malgré l'écart abyssal qui le sépare de son rival, Alain Juppé sait que ses chances de l'emporter sont minces ce dimanche.

Dimanche, il a amèrement déçu avec seulement 28,6 % au premier tour. Il a percé de façon spectaculaire dans les toutes dernières semaines, pour aller décrocher 44,1 % des quelque 4 millions de suffrages exprimés.

Le chef de l'Etat, qui dévoilera dans les prochains jours sa décision sur une éventuelle nouvelle candidature, a également dit son opposition à la construction d'une "histoire officielle, un récit national", en allusion aux promesses de l'ancien Premier ministre de refonte des programmes scolaires. "Ils se sont auto-éliminés avec Sarkozy".

Selon un sondage après l'émission, le favori a été jugé le plus convaincant par 57% des téléspectateurs, contre 41% pour Alain Juppé.

Il a dénoncé une "démagogie anti-fonction publique" et des menaces pour la sécurité des Français, dans la volonté de François Fillon de supprimer 500.000 emplois de fonctionnaires.

En diplomatie, on le dit proche de la Russie, envers laquelle il préconise une approche coopérative. L'avantage va à Alain Juppé, qui a lui-même régulièrement utilisé cette formule. Taxé de "mollesse" pendant la campagne, il a été accusé par François Fillon de ne "pas vouloir vraiment changer les choses".

Recommande: