PSG-Cavani: "Le principal, c'était le message pour les victimes"

02 Décembre, 2016, 11:20 | Auteur: Lucien Wathelet
  • L'entraîneur de Caen Patrice Garande observe le match face à Lille au stade Pierre-Mauroy le 29 novembre 2016

Cest en substance ce que larbitre Frank Schneider a dû dire – pour autant quil lait fait en latin – à Edinson Cavani mercredi soir, au Parc des Princes. Et Pascal Garibian (son patron), le directeur technique de l'arbitrage français, pense la même chose. Il a ensuite rendu hommage au club brésilien de Chapecoense en dévoilant sous son maillot le logo de l'équipe meurtrie par un crash aérien, ce qui lui a valu un carton jaune.

Il ne pouvait pas faire autrement.

L'arbitre a appliqué le règlement qui interdit à un joueur d'enlever son maillot et a donné un carton jaune au joueur, qui ne s'est pas montré rancunier à la fin du match, comme le relate Sud Ouest. "Ça nous paraît humainement impossible". Cavani, qui perçoit 9.5 millions d'euros nets par an, n'a jamais été augmenté depuis son arrivée, ce qui est rare dans l'effectif parisien. Qu'on ne s'en prenne pas à l'arbitre. "Giovanni Sio, lors de Rennes-Angers, a soulevé son maillot pour rendre hommage à Pokou et n'a pas été sanctionné parce que la règle n'impose pas à l'arbitre de le sanctionner".

Interrogé sur RMC sur le fait de faire retirer le carton par la commission de discipline de la LFP, Pascal Garibian a déclaré: "Les arbitres et l'arbitrage font confiance aux instances et aux commissions. Mettez-vous à la place de ceux qui sont en charge de prendre des décisions au regard d'une jurisprudence, de l'intérêt général".

Recommande: