Van der Bellen en tête pour la présidentielle en Autriche

05 Décembre, 2016, 10:45 | Auteur: Sebastien Chopin

Le recours du FPÖ contre le second tour de mai avait entraîné l'annulation du scrutin qui a été réorganisé dimanche et a abouti à la victoire d'Alexander Van der Bellen.

Alexander Van der Bellen, candidat indépendant et ex-dirigeant écologiste, a remporté l'élection présidentielle autrichienne de dimanche, selon des projections.

"Depuis le début, je me suis battu et j'ai plaidé pour une Autriche pro-européenne", a-t-il déclaré à la télévision publique, lui qui veut aussi défendre les "valeurs d'égalité, de liberté, de solidarité". Pour le camp populiste, cela représente un véritable revers, après les nombreux espoirs suscités par le vote du Brexit au mois de juin et l'élection de Donald Trump le mois dernier.

Les réactions soulagées se sont enchaînées en Europe: "bonne nouvelle pour l'Europe" selon le chef de la diplomatie italienne Paolo Gentiloni; "clair message pro-européen" pour le président du parlement européen Martin Schulz.

ELECTION François Hollande a jugé dimanche que la victoire de l'écologiste sur l'extrême-droite prouvait que "le peuple autrichien a fait le choix de l'Europe et de l'ouverture". Il a d'ailleurs reconnu sa défaite. Les deux candidats avaient été départagés par les votes par correspondance.

Alexander Van der Bellen a dit s'attendre à 300.000 votes d'écart avec son adversaire, dix fois plus que lors du second tour du printemps.

Cette fois-ci, le parti d'extrême droite a fait savoir qu'il ne contesterait pas les résultats. Les scores officiels seront connus lundi.

Le vainqueur a attribué son succès "à l'engagement de dizaines de milliers de gens", indépendants des partis, qui ont organisé la mobilisation en sa faveur, notamment sur les réseaux sociaux.

Le FPÖ entendait conforter son implantation dans le paysage politique autrichien et faire de ce scrutin un tremplin vers la Chancellerie, le coeur du pouvoir exécutif, dans la perspective des législatives prévues au plus tard en 2018. C'est le cas de la France avec Marine Le Pen (FN), des Pays-Bas avec Geert Wilders (PVV) et de l'Allemagne avec le parti populiste de l'AfD. Le secrétaire général du Parti de la liberté (le FPÖ), Herbert Kickl, a déclaré à la télévision qu'il souhaitait "féliciter M. Van der Bellen pour ce succès". Leurs candidats avaient été éliminés dès le premier tour de la présidentielle, le 24 avril. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga.

Recommande: