France - Politique: Bernard Cazeneuve, nouveau Premier Ministre

06 Décembre, 2016, 21:02 | Auteur: Sebastien Chopin

Manuel Valls avait annoncé lundi soir à Evry (Essonne) sa démission pour pouvoir se consacrer, en tant que candidat, à la primaire de la gauche en vue de l'élection présidentielle d'avril-mai 2017.

Manuel Valls qui se lance dans la primaire de la gauche avec l'ambition d'éviter à son camp une défaite cuisante à la présidentielle de 2017, a évoqué ces " moments éprouvants " de ses 32 mois à Matignon.

Bernard Cazeneuve, âgé de 53 ans et proche de François Hollande, va devenir le Premier ministre le plus éphémère de la Ve République, puisqu'il ne restera que cinq mois à Matignon. François Hollande a plutôt choisi la continuité et n'a pas profité de la nomination de Bernard Cazeneuve à Matignon pour sortir du gouvernement les ministres les plus vallsistes.

Pour le remplacer au ministère de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve a nommé Bruno Le Roux, député de Seine-Saint-Denis. D'abord ministre délégué aux Affaires européennes (2012-2013) puis ministre délégué du budget (2013-2014), il devient ministre de l'Intérieur en 2014.

Il affrontera deux de ses anciens ministres lors de cette primaire, Arnaud Montebourg et Benoît Hamon, et tiendra un premier meeting mercredi dans le Doubs. Dès lundi, un ministre relevait également qu'il présentait l'avantage d'être "Vallso-compatible et Hollando-fidèle" et pourrait "pleinement se concentrer sur sa tâche puisqu'il n'est pas candidat aux législatives", contrairement à Stéphane Le Foll, Marisol Touraine et autres prétendants.

Bruno Le Roux, président du groupe socialise et apparentés à l'Assemblée nationale, est nommé ministre de l'Intérieur. Difficile de faire oublier ses 49-3, même si les éléments de langage sont là pour en faire porter la responsabilité à François Hollande, puisque l'autorisation a été donnée par le Conseil des ministres et que le président en est quasiment maître d'œuvre de l'ordre du jour. Quitte à " manger son chapeau ", ironisait mardi le quotidien Le Monde.

"Manuel Valls veut combattre l'extrême droite dont le programme " ruinerait les petites gens, les retraités, les ouvriers " et la droite menée par le très libéral François Fillon, qui représente à ses yeux " un recul social généralisé ". En outre, Manuel Valls est un homme qui sait s'entourer de personnalités intellectuellement solides et éthiquement irréprochables. "Mais j'ai toujours assumé les décisions collectives ", a-t-il assuré.

Recommande: