Marion Maréchal-Le Pen sèchement recadrée par sa tante Marine — IVG

06 Décembre, 2016, 19:24 | Auteur: Sebastien Chopin
  • Marion Maréchal-Le Pen députée du FN à Marseille le 8 décembre 2015Plus

La question de la position des politiques concernant l'IVG avait été remise en avant durant la Primaire de la droite et du centre. Mais cela a eu pour effet de diviser le parti. La sortie est signée Marion Maréchal-Le Pen et a semé la zizanie dans les rangs du Front national. "Il a déclaré qu'elle était " seule et isolée " au sein même du Front National". " Je suis d'accord avec presque 100% de ce que dit Fillon", a-t-il lâché à quelques interlocuteurs peu après le second tour de la primaire. Cette personne est seule. Ce qui compte, c'est ce que dit la candidate à la présidentielle. Par ces mots, la jeune femme témoigne à nouveau de sa dureté et de son intransigeance à propos de l'Interruption Volontaire de Grossesse, jusqu'à remettre en cause un remboursement total par l'assurance maladie des frais relatifs à l'IVG, mis en place en mars 2013.

" Il est toujours préférable de défendre la ligne". En novembre dernier, il avait donc tout naturellement déclaré soutenir Marine Le Pen à la prochaine élection présidentielle. Maintenant, elle a son opinion. Il doit déjeuner cette semaine avec elle pour en reparler.et tenter une nouvelle fois de la convaincre d'infléchir sa ligne vers plus de libéralisme économique et de conservatisme sociétal, à rebours de ce que préconise Florian Philippot, le bras droit de la patronne du FN.

Florian Phillipot soulignait justement ce matin sur Twitter, l'importance de l'électorat féminin pour Marine Le Pen...

La présidente du Front national Marine Le Pen avait assuré à l'Agence France-Presse que "le périmètre de l'accès à l'IVG et son remboursement ne font pas partie de (son) programme", en réponse à sa nièce Marion Maréchal-Le Pen.

Pendant la campagne présidentielle 2012, Marine Le Pen avait provoqué une polémique en évoquant des "avortements de confort" ou des "avortements de récidive", et dit qu'elle prendrait la décision de dérembourser l'avortement en cas de besoins budgétaires, pour privilégier les actes médicaux "qui ne peuvent pas être évités".

Ce n'est pas la première dissension entre Marion Maréchal-Le Pen et sa tante Marine. En conséquence, cela n'a pas plus à sa tante, la Présidente du Front National.

Recommande: