Circulation alternée reconduite mais pas assez respectée

09 Décembre, 2016, 22:14 | Auteur: Sebastien Chopin

Des milliers de piétons, les bras chargés de cadeaux, passent quotidiennement devant elle sans savoir que c'est là que se joue, en partie, le destin de la circulation alternée reconduite ce jeudi pour la troisième journée consécutive dans la capitale et sa proche banlieue. En témoignent des bouchons qualifiés d'"exceptionnels" par la Direction des routes d'Ile-de-France: à 09H00, vendredi, on comptait 275 kilomètres d'embouteillages cumulés en Ile-de-France, contre 200 km habituellement un matin de veille de week-end.

Cette année, mardi, le trafic s'est trouvé réduit de seulement 5 à 10% par rapport à une journée habituelle, selon Airparif.

Jeudi, Airparif, organisme de surveillance de la qualité de l'air sur la région parisienne, prévoit encore un " possible dépassement du seuil d'alerte " (soit plus de 80 microgrammes/m3 de particules).

Le 1er décembre a même battu un record, avec des concentrations de particules à 146 microgrammes/m3.

Seuls les véhicules avec une plaque d'immatriculation se terminant par un chiffre impair pourront circuler à Lyon et à Villeurbanne.

Pour la quatrième fois en 20 ans, l'Etat a donc imposé mardi un dispositif de circulation alternée.

Le dispositif était cependant encore perturbé mercredi par l'interruption de la circulation du RER B entre Paris et l'aéroport de Roissy. Mardi, plus de 10.000 véhicules ont été contrôlés et 4.064 infractions relévées, selon la préfecture de police. Une précédente étude d'impact, en 2014, avait montré un trafic réduit de 18% et une pollution à - 20% aux heures de pointe.

En plus de Paris, la circulation alternée sera aussi appliquée dans ces communes: Montrouge, Malakoff, Vanves, Issy-les-Moulineaux, Boulogne-Billancourt, Neuilly-sur-Seine, Levallois-Perret et Clichy dans les Hauts de Seine, Saint-Ouen, Pantin, Le Pré-Saint-Gervais, Les Lilas, Bagnolet, Montreuil, Aubervilliers et Saint-Denis en Seine-Saint-Denis ainsi que Vincennes, Saint-Mandé, Charenton-le-Pont, Ivry-sur-Seine, Le Kremlin-Bicêtre et Gentilly dans le Val-de-Marne.

Pour autant, la pollution de l'air reste à l'origine de 42.000 décès prématurés par an dans le pays, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Les particules - qui noircissent les façades - provoquent notamment des affections respiratoires, tout comme le dioxyde d'azote (NO2), qui a aussi connu une poussée cette semaine.

Recommande: