La Russie privatise 19,5% du géant pétrolier Rosneft

10 Décembre, 2016, 05:25 | Auteur: Nathanaël Gerin
  • Le siège du géant pétrolier Rosneft le 15 novembre 2016 à Moscou

Le Kremlin a annoncé ce vendredi la privatisation d'une partie de Rosneft, premier producteur de pétrole et première capitalisation boursière de Russie. Elle faisait l'objet de d'autant plus de spéculations que l'autre grande privatisation menée cette année par la Russie pour remplir des caisses de l'État mises à mal par la chute des prix du pétrole, la vente de l'entreprise d'hydrocarbures Bashneft, a tourné au psychodrame, l'État se déjugeant en cours de route et le ministre de l'Économie se trouvant accusé de corruption et limogé.

L'Etat russe reste majoritaire au capital de l'entreprise, avec plus de 50 % des parts, malgré la présence du britannique BP qui possède déjà 19,75 % du capital, le reste étant éparpillé entre d'autres actionnaires. Elle était attendue mais l'identité des acheteurs a constitué une surprise tant l'opération était difficile, par sa valeur, le caractère stratégique de l'entreprise et le fait qu'elle soit visée par des sanctions américaines à cause de la crise ukrainienne. Cela aurait pu fragiliser les comptes de Rosneft et créer une incertitude concernant le moment où le groupe aurait pu revendre cette grosse participation.

Il a ajouté que les investisseurs étaient Glencore Consortium et le fonds souverain du Qatar et que cette opération allait rapporter 10,5 milliards d'euros au budget de l'Etat.

Reçu par Vladimir Poutine devant les caméras, l'influent patron de Rosneft Igor Setchine a souligné que le prix obtenu représentait le maximum possible avec une remise minimale, de 5% sur le cours du 6 décembre. Il a également salué l'implication personnelle de Vladimir Poutine dans cette affaire.

"Les experts du département du Trésor responsables du renforcement des sanctions contre la Russie, vont se pencher attentivement sur la transaction", a déclaré jeudi le porte-parole de la présidence américaine Josh Earnest.

L'État russe conserve plus de 50 %. Rosneft est sur la liste noire des Etats-Unis depuis l'annexion de la Crimée en 2014.

"L'argent n'a pas d'odeur", a dit à Reuters une source gouvernementale. Pour l'année prochaine, le gouvernement prévoit d'importantes coupes de dépenses pour maintenir le déficit à 3,2%.

Recommande: