Primaire de la droite en France: avance confortable de François Fillon

10 Décembre, 2016, 10:15 | Auteur: Sebastien Chopin
  • François Fillon lors d'un meeting le 25 novembre 2016 à Paris

Depuis le premier tour de la primaire le 20 novembre, à coups d'interventions médiatiques quotidiennes et de meetings, les deux adversaires ont perdu leur ton policé au point que plusieurs soutiens d'Alain Juppé ont souhaité la fin des hostilités.

- Roselyne Bachelot, soutien de François Fillon, dresse un portrait élogieux du vainqueur de la primaire: "C'est mon frère, il est volontiers moqueur, mais jamais envers son épouse et ses enfants, il est tendre et proche, il a un lien très touchant avec son fils Arnaud".

Grand vainqueur du premier tour et favori face à Alain Juppé, l'ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy s'est toutefois gardé de tout triomphalisme.

Auparavant, Alain Juppé a rapidement concédé la victoire à son rival à qui il a donné son soutien.

"Ce qu'on voit aujourd'hui, c'est la reconstitution de l'équipe Fillon-Sarkozy qui nous a dirigés de 2007 à 2012, a ainsi souligné Alain Juppé dès le lendemain du premier tour sur France 2". Deux heures avant la fermeture des bureaux de vote à 16h GMT, la participation était en hausse de 4,5% par rapport à dimanche dernier, dans les 10 228 bureaux de vote, avec près de trois millions de votants.

Le mot d'ordre est désormais à l'unité, car la campagne pour la présidentielle commence lundi à droite. En 2011, 2,9 millions d'électeurs avaient participé à la primaire initiée par le Parti Socialiste, qui retente l'exercice les 22 et 29 janvier 2017. François Fillon obtenant de son côté 66,5 % des suffrages exprimés.

Il avait choisi pour son dernier meeting l'emblématique Porte de Versailles, là même où Nicolas Sarkozy avait prononcé en janvier 2007 son célèbre discours lançant sa campagne présidentielle victorieuse et où Jacques Chirac lança le RPR en 1976.

François Asselineau (F. A.): L'élection de François Fillon est un copier/coller des primaires américaines. Un tel programme a été fixé pour les années 2016 et 2017, qui ne tient absolument pas compte des élections présidentielles, ni des élections législatives, et qui va s'appliquer à la France quel que soit le résultat.

Avec une gauche au pouvoir en miettes, cet homme de 62 ans, qui prône en particulier une cure économique de choc, pourrait affronter au second tour de la présidentielle en mai la candidate d'extrême droite Marine Le Pen.

D'autres candidats devraient cependant émerger à droite, à commencer par Nicolas Dupont-Aignan (DLF). Les députés Henri Guaino (LR) et Jean Lassalle (ex-MoDem) ont annoncé qu'ils tenteraient de réunir les 500 parrainages nécessaires.

" Avec cette primaire, c'est une espérance qui est née". A gauche, tous les regards sont tournés vers François Hollande. Le chef de l'Etat doit en effet annoncer très prochainement s'il brigue ou non un second mandat dans une ambiance électrique avec son Premier ministre Manuel Valls. Le candidat faisait allusion à l'ancien président de la IIIè République, qui était tombé, de nuit, d'un train dans le Loiret, après s'être penché par la fenêtre de son compartiment pour calmer une sensation d'étouffement.

Recommande: