François Hollande au chevet de Théo — Aulnay-sous-Bois

11 Février, 2017, 05:31 | Auteur: Djeferson Maurice

"On en parlera demain matin (jeudi).je ne sais pas en quels termes, mais c'est évident. C'était un accident, pas une pratique courante sur Aulnay-sous-bois", a-t-il ajouté, sous les regards médusés des personnes présentes en studio, dont Thomas Sotto, le présentateur de la matinale. Certains l'ont trouvé nul, d'autres très nul. En fait, il est très, très, très, très, très nul. "Très sincèrement désolé". Un message que Nicolas Canteloup a lui-même partagé sur les réseaux sociaux. "Exceptionnellement, c'est Nicolas Canteloup qui est avec nous", a lancé la speakerine Julie avant de laisser la parole à la star du rire, manifestement contrit.

Quel est votre avis sur cette chronique?

Des incidents sporadiques se sont produits dans la nuit de mardi à mercredi dans plusieurs communes de Seine-Saint-Denis autour d'Aulnay-sous-Bois, où l'interpellation violente d'un jeune homme le 2 février a suscité une vague d'indignation.

Une vidéo de la scène, filmée par la vidéosurveillance de la police municipale, montre un policier "porter un coup de matraque horizontal au niveau des fesses" du jeune homme Théo, après que son "pantalon a glissé tout seul", expliquait alors une source proche de l'enquête.

"Arrêtez, ce sont des faits graves, lui répond l'animatrice Julie Leclerc". "Ce n'était pas drôle, vulgaire, c'était déplacé. c'est quelque chose qui ne nous ressemble pas". Sans détour, il avoue: "Bon, je ne vais pas vous mentir: je suis gêné". Une formule que Nicolas Canteloup a immédiatement postée sur son compte Twitter, comme pour s'associer aux excuses. Pour rappel, l'imitateur a proposé ce matin sur cette même antenne, dans sa Revue de presque, un passage supposé humoristique qui faisait allusion à l'agression du jeune Théo à Aulnay-sous-Bois. Les avocats des quatre policiers mis en examen (trois pour violence, et un pour viol) ont eux appelé au "respect de la présomption d'innocence", dénonçant des "pressions politiques et les propos irresponsables", dans un communiqué de presse.

Recommande: