Hollande promet la justice après des violences urbaines "inacceptables" — France

14 Février, 2017, 13:45 | Auteur: Phil Beauvilliers

A deux mois de l'élection présidentielle, François Hollande s'est employé à calmer le jeu dans les banlieues, après plusieurs nuits de violences urbaines déclenchées par le viol présumé d'un jeune Noir, Théo, lors d'une interpellation par des policiers à Aulnay-sous-Bois, une banlieue du nord-est de Paris, le 2 février. "Je veux souligner qu'il n'y a pas de vie en commun s'il n'y a pas de respect".

"Il y a eu douze interpellations, quatre à Bondy et huit à Epinay-sur-Seine, notamment pour des jets de projectiles et d'engins incendiaires", a précisé la préfecture de police de Paris. Prévue avant l'affaire Théo, cette visite prend un tour symbolique après l'émotion suscitée par l'arrestation violente du jeune homme et des manifestations de soutien, parfois émaillées de violences.

Le gouvernement a lancé un appel au "calme" après les incidents qui se sont enchaînés depuis plus d'une semaine en banlieue parisienne et qui se sont poursuivis lundi soir. Et quand il y a des manquements ils doivent être clairement dénoncés et la justice saisie.

Le respect, a-t-il encore développé est "celui que nous devons avoir, tous, à l'égard des institutions, de la police, de la justice". "Le respect c'est aussi à l'égard des biens publics, de la propriété privée".

Le président de la République se rendra à Aubervilliers ce mardi matin, pendant que Bruno le Roux, le ministre de l'Intérieur, sera à Sarcelles. Mais le chef de l'Etat devrait évidemment faire allusion aux échauffourées de ces derniers jours dans les quartiers.

Recommande: