À Aubervilliers, François Hollande tente de calmer les esprits — Affaire Théo

16 Février, 2017, 19:13 | Auteur: Sebastien Chopin
  • Seine-Saint-Denis: dix interpellations pour violences urbaines

Les policiers qui ont procédé à son contrôle ont pour leur part porté plainte parce que le jeune homme se serait débattu lors de son interpellation.

Depuis le déclenchement des violences urbaines dans les banlieues survenues après la violente interpellation du jeune Théo à Aulnay-sous-Bois, environ 245 personnes ont été interpellées en France. "Il aurait dû venir avant", estime Nadia, 50 ans, mère de 4 enfants.

Dimanche soir, onze personnes, dont huit mineurs, avaient été interpellées à Argenteuil dans le Val-d'Oise après des heurts avec les forces de l'ordre, l'incendie d'un véhicule et le caillassage d'un bus, avait indiqué la préfecture du département.

More news: Cyclisme/Tour d'Oman - 2e étape: coup double pour Ben Hermans
More news: Biathlon: Martin Fourcade 3e, Lowell Bailey sacré
More news: Le Parlement adopte définitivement le délit d'entrave à l'IVG

"Il faut que la justice passe", a déclaré le chef de l'Etat mardi matin lors d'un déplacement dans une mission locale d'Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), à l'issue d'une nouvelle nuit de violences qui a débouché sur 25 interpellations. Toujours hospitalisé en raison de graves blessures dans la zone rectale, il s'est vu prescrire 60 jours d'incapacité totale de travail (ITT). En dépit des appels au calme de Théo et du gouvernement, ces incidents en banlieue se répètent quotidiennement depuis le début de "l'affaire Théo".

Cette question avait déjà été au cœur des émeutes qui avaient enflammé la France en 2005, pendant trois semaines, après la mort de deux adolescents électrocutés dans un transformateur, où ils se cachaient de la police. Il recevait à Matignon des associations antiracistes, alors que les incidents ont remis les banlieues dans le débat à deux mois de l'élection présidentielle. "Il est très important de montrer que nous sommes capables de vivre ensemble dans une société apaisée mais où le respect est la règle et où nous devons être fermes à l'égard de ceux qui s'éloignent de ce principe", a-t-il conclu. "Ce n'est pas une affaire qu'on va oublier", a-t-il aussi promis à des mères de famille.

Recommande: