Augmentation inquiétante de la mortalité en Chine — Grippe aviaire

16 Février, 2017, 20:19 | Auteur: Djeferson Maurice
  • Un patient atteint du virus H7N9 dans un hôpital de Wuhan en Chine le 12 février

Huit villes de la province orientale du Jiangxi ont rapporté un total de 28 cas humains de H7N9 depuis le début de l'année, dont sept mortels, a annoncé jeudi la commission provinciale de la santé et de la planification familiale. Cette progression rapide laisse présager une potentielle épidémie de grande ampleur.

Le fait le plus préoccupant est que la souche H7N9, qui cause des troubles respiratoires, ne tue pas les poulets infectés et ne développent pas de symptômes.

More news: [Info CS] Thiago Silva souffre d'une " contusion profonde du mollet gauche "
More news: Fillon: le député LR Fenech dénonce un "bal des hypocrites"
More news: Game of Thrones : La saison 7 à partir du 25 juin 2017

L'OMS explique ce phénomène par l'arrivée anticipée de la grippe saisonnière conjuguée à la contamination des poulets dans les marchés ouverts de Chine: "La majorité des cas humains exposés au virus H7N9 l'ont été au contact de volailles infectées ou d'environnements contaminés, tels que les marchés à la volaille".

Cela signifie que la propagation du virus est compliquée à déceler avant son contact avec l'homme. "Tant que l'on continue de détecter le virus chez l'animal et dans l'environnement, il faut s'attendre à observer de nouveaux cas humains ". Dans le quotidien China Daily, un expert avance que la préférence de la population chinoise pour les volailles "fraîchement égorgées" au lieu de denrées congelées accentue les risques. "Pour le moment, on considère donc comme improbable une propagation d'une personne à l'autre au niveau local", a noté l'OMS. Plusieurs marchés ont été contraints à la fermeture comme dans la ville de Canton, qui a aussi suspendu la commercialisation de volailles vivantes. A Hong Kong, des dizaines de milliers de volailles sont infectées sont abattues. La directrice générale de l'organisation, Margaret Chan, a indiqué en janvier, que " le monde est mieux préparé pour la prochaine pandémie de grippe, mais pas du tout suffisamment ".

Recommande: