Donald Trump remet en cause la solution à deux Etats — Israël-Palestine

16 Février, 2017, 16:42 | Auteur: Phil Beauvilliers
  • Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou et sa femme Sara en partance pour les Etats-Unis

La poignée de main ferme et franche des deux hommes, sourire aux lèvres, les yeux dans les yeux, telle qu'elle s'affiche ce matin dans la presse à l'instar du WALL STREET JOURNAL, est là pour en témoigner. Le pragmatisme semble être le maître-mot pour le président américain. Certes, en accueillant son "ami " Bibi, le nouveau président n'a pas hésité à vanter les liens indestructibles des Etats-Unis avec Israël.

Ces nouvelles déclarations laissent entendre que le président américain n'a pas l'intention de faire pression sur son allié israélien pour obtenir la création d'un Etat palestinien.

US President Donald Trump and Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu hold a joint press conference in the East Room of the White House in Washington, DC, February 15, 2017.

Alors que les Palestiniens semblent peu convaincus, Trump a tenu Benjamin Netanyahu aujourd'hui lors d'une conférence de presse afin de renforcer la relation américaine avec Israël, qui était mal en point à la fin de la présidence Obama, notamment avec les propos du secrétaire d'État John Kerry.

Comme de nombreux présidents américains avant lui, Donald Trump s'est donné comme objectif de conclure la paix entre Israéliens et Palestiniens.

Mercredi, à l'occasion de la visite du Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, à Washington, le président des Etats-Unis Donald Trump a appelé Israël, "pour un temps, " à "la retenue" sur l'expansion des colonies. Et en ce sens, Trump marque une vraie rupture dans la politique américaine au Proche-Orient.

More news: Anelka va dévoiler l'identité de "la taupe"
More news: Auvergne-Rhône-Alpes toujours au-dessus du seuil épidémique — Grippe
More news: Foot - Les footballeurs ont plus de risques de maladie du cerveau

M. Netanyahu a expliqué que les deux camps du conflit ont besoin de travailler pour la paix mais il a tout de même dénoncé la haine incessante des Palestiniens pour Israël. Une solution soutenue, pourtant, par la quasi-totalité de la communauté internationale.

Qu'est-ce que la solution à deux Etats, quelle alternative? "Une nouvelle ère, de nouvelles idées, pas besoin d'un troisième État palestinien au-delà de la Jordanie et de Gaza", a tweeté le chef du Foyer juif, fervent partisan de la colonisation en Cisjordanie et à Jérusalem-Est.

"Nos deux pays continueront à grandir".

Les deux dirigeants envisagent d'inclure la question palestinienne dans un accord de paix régional.

Pour le quotidien EL WATAN, l'affaire est déjà entendue. Donald Trump: Bien, je veux juste dire que nous sommes -voyez-vous- très honorés par notre victoire. Même analyse pour THE IRISH TIMES.

Il a sinsité sur le fait que pour parvenir à un accord il fallait trouver un compromis acceptable par les deux parties. Sur la question des " deux Etats ", Binyamin Netanyahou n'a pas donné de détails des entretiens, se contenant de rappeler qu'Israël gardera l'autorité suprême et décidera quels sont ses intérêts supérieurs sur le plan de sa sécurité.

Recommande: