Le gouvernement espère calmer le jeu en banlieue — France

16 Février, 2017, 23:02 | Auteur: Sebastien Chopin
  • Affaire Théo : des incidents après un important rassemblement à Bobigny

François Hollande s'était rendu mardi à son chevet et avait appelé à faire confiance à la justice.

François Hollande a longuement plaidé en faveur du "respect" mutuel entre citoyens, police et justice, soulignant qu'il "n'y a pas de vie en commun, s'il n'y a pas de respect".

En dépit de plusieurs milliards d'euros d'investissement de l'Etat, notamment dans la rénovation et la construction de logements, les habitants de banlieue, comme ceux d'Aubervilliers, ne se montraient guère convaincus par la visite du président socialiste.

"Il aurait dû venir avant", estime Nadia, 50 ans, mère de 4 enfants.

Le Premier ministre socialiste Bernard Cazeneuve a de son côté défendu le bilan du gouvernement.

More news: Manchester United reçoit Saint-Etienne — Europa League
More news: Le député LR Fenech dénonce un "bal des hypocrites" — Fillon
More news: Un maire refuse de louer une salle à Marine Le Pen — Jura

Depuis plusieurs jours, certaines banlieues défavorisées de Paris connaissent des violences sporadiques, avec des incendies de voitures ou des jets de pierres visant les forces de l'ordre. Avec sans doute un effet tâche d'huile à Argenteuil où 11 personnes ont été interpellées dans la nuit de dimanche à lundi.

Ces incidents font suite à l'arrestation violente le 2 février par la police de Théo, 22 ans, lors d'un contrôle d'identité. Le jeune homme noir a dit avoir été violé par un policier avec une matraque. Cette affaire a envenimé des rapports déjà conflictuels entre jeunes et policiers dans les quartiers sensibles en France. Soigné à l'hôpital, il a ensuite pu sortir, mais n'a décidé de porter plainte que ces derniers jours. Le ministre de l'Intérieur Bruno Le Roux a quant à lui aussi saisi administrativement la police des polices. Mohamed K. affirme que l'un des policiers impliqués dans l'interpellation de Théo l'avait passé à tabac une semaine plus tôt.

Mohamed K., un ami de Théo, a livré un témoignage accablant publié dans L'Ob's mardi. Elle devra "déterminer l'existence ou non de faits de violences volontaires commis par les fonctionnaires de police à l'occasion de l'interpellation, le 26 janvier 2017" de Mohamed K., explique le parquet dans son communiqué. Le jeune homme s'était vu prescrire 60 jours d'incapacité totale de travail (ITT). Par contre, nous sommes en mesure d'affirmer que le gardien de la paix mis en examen pour le viol présumé de Théo faisait bel et bien partie des trois policiers qui ont interpellé Mohamed K.

Les policiers à l'origine de l'interpellation de Mohamed K. ont porté plainte contre le jeune livreur, qui ne nie pas avoir tenté de se défendre "parce qu'ils me frappaient".

Recommande: