Qu'apporte l'accord de libre-échange aux constructeurs européens — UE-Canada

16 Février, 2017, 23:48 | Auteur: Phil Beauvilliers
  • A gauche, des eurodéputés unis contre le traité CETA de libre-échange

Des garde-fous sont donc bien prévus pour encadrer ce CETA, mais qui va devoir encore faire face à des oppositions, même une fois la case Parlement européen passée. Toutes les garanties nécessaires ont été prises pour que le texte ne modifie ou n'abaisse pas les standards européens en matière de santé, de sécurité alimentaire, d'environnement ou de droits sociaux. Cité par Ouest-France, Emmanuel Macron estimait que "ce traité améliore objectivement les choses dans notre relation commerciale avec le Canada".

Une grande victoire pour l'oligarchie mondialisée libre-échangiste donc, laquelle grâce à un rattachement, de facto, à l'ALENA (Accord de libre-échange Nord-Américain), trouvera sans doute l'une de ses alternatives aux accords transatlantiques (TAFTA ou TTIP) suspendus, pour contourner les barrières réglementaires existantes entre les marchés européen et états-unien.

La ratification par l'UE permettra l'entrée en vigueur d'environ 90 pour cent de l'accord, une fois que le Parlement canadien aura fait de même au cours des prochains mois. Un résultat logique en somme, puisqu'une majorité des partis politiques présents au Parlement soutenaient ce traité.

Il est devenu, pour ses opposants, l'emblème de la dérégulation économique. Ses détracteurs lui reprochent notamment d'être le "Cheval de Troie" de la libéralisation économique.

Si ce traité est dans le viseur de ces élus, c'est d'abord parce que "ces accords de libre-échange ne servent que les intérêts des multinationales", explique Marie-Christine Vergiat.

More news: A Chicago, un bébé meurt en direct sur Facebook Live
More news: Ashton Kutcher, son combat contre l'esclavage sexuel des enfants
More news: Le gouvernement espère calmer le jeu en banlieue — France

La droite du Parti populaire européen (PPE) a voté presque comme un seul homme en faveur de l'accord que le président du groupe, Manfred Weber, considère comme "un message clair des Européens ": celui de vouloir construire des "ponts ", à l'inverse du protectionniste Donald Trump qui prône l'érection de murs. Marine Le Pen est d'ailleurs intervenue au Parlement européen ce matin pour faire savoir son opposition dans un bref discours. "Le Canada est un pays extrêmement agressif à l'OMC, qui fait des procès à l'Europe parce qu'on ne veut pas leurs produits OGM, parce qu'on ne veut pas de leur gaz de schiste, etc", estime quant à lui Jean-Luc Mélenchon cité par RFI.

Négocié pendant sept ans, le CETA a été signé le 30 octobre 2016. Il a été voté ce mercredi à midi par les eurodéputés du Parlement, après un débat en présence de la commissaire européenne au commerce, Cécilia Malmström.

L'objectif de ce texte de 1.600 de pages (2.256 avec les annexes) est de créer un grand marché entre le Canada et l'Europe et dynamiser les échanges commerciaux entre les deux zones.

Le mécanisme de règlement des différends entre investisseurs et Etats, accusé de profiter surtout aux entreprises, a été remplacé par la mise en place d'un tribunal permanent et institutionnalisé.

Les principaux points du traité commercial et les principales critiques portées à son encontre. Par exemple, l'accord prévoit un accès facilité au marché canadien dans le secteur du textile, dans lequel les PME françaises sont nombreuses et dynamiques. Cela va accentuer la fragilisation de ces filières dans l'UE, ainsi que la fuite en avant vers une agriculture industrielle canadienne " déplore Thomas Guénolé.

Recommande: