Réactions aux déclarations de Trump — Conflit israélo-palestinien

16 Février, 2017, 20:58 | Auteur: Phil Beauvilliers
  • AFP  Saul Loeb

Il a demandé au dirigeant de "retenir un peu les colonies en Cisjordanie ". "En une phrase largement commentée depuis par les leaders de la religion et les médias internationaux, le président républicain a esquissé ce qui ressemble à un possible tournant majeur de la diplomatie américaine dans le conflit israélo-palestinien, le magnat étant néanmoins coutumier parfois de rétropédalages sur des sujets sensibles".

Trump avant d'ajouter à l'attention de Netanyahu: "Vous le savez, n'est-ce pas?". Au grand dam du président élu Trump qui avait exhorté Washington à mettre son véto à la résolution. Donald Trump a également pressé les Palestiniens de se débarrasser de leur 'haine' supposée à l'égard des Israéliens.

Cet euphémisme n'a toutefois pas troublé les législateurs israéliens, qui ont bientôt franchi une nouvelle étape en légalisant l'expropriation par l'Etat israélien de propriété privées palestiniennes, afin d'y construire des milliers de logements.

" Je ne reviens pas sur ce que j'ai dit:'deux Etats pour deux peuples'".

Il s'est dit mercredi disposé à aborder le dossier "en substance" et non par le biais "d'annonces" et a rappelé les deux conditions posées par Israël à tout accord de paix: "Premièrement, les Palestiniens doivent reconnaître l'Etat juif (.) Deuxièmement, Israêl doit conserver le contrôle total de tout le secteur situé à l'ouest du Jourdain".

Des dirigeants américains s'en sont émus.

Avec la complicité des Etats-Unis, l'Etat d'Israël se met délibérément au ban des nations: c'est une réalité qu'il va falloir affronter avec courage et détermination. Mais aussi des colonies israéliennes ainsi que du nucléaire en Iran. "Quelque soit la solution, je maintiendrai comme priorité la sécurité de l'Etat", a précisé M. Netanyahou". Il a récemment déclaré n'envisager qu'un "mini-Etat" pour les Palestiniens, tant pour sa taille que sa souveraineté.

Côté palestinien, on regarde cette proximité idéologique entre les deux leaders avec crainte. Les Etats-Unis favoriseront la paix et un véritable accord de paix " a-t-il ajouté. Ce n'est pas une politique responsable et ne sert pas l'objectif principal de parvenir à la paix.

L'administration Trump devrait se préparer à poser les questions qui fâchent à Nétanyahou. Il pourrait même croire aux "faits alternatifs" que lui présente Nétanyahou. Ou bien encore si sa majorité à la Knesset pouvait éclater.

Aujourd'hui, alors que ces doutes se transforment en certitudes, il est probable que les Palestiniens changent leur ligne politique, accordant désormais plus d'importance à la situation de quasi-apartheid qui prévaut.

La rencontre de ce mercredi entre le président américain et le Premier ministre israélien permettra peut-être d'y voir enfin clair sur la position américaine dans le conflit israélo-palestinien.

Recommande: