Un maire refuse de louer une salle à Marine Le Pen — Jura

16 Février, 2017, 22:33 | Auteur: Sebastien Chopin
  • JEFF PACHOUD  AFP

Saisie par le Front national, la justice administrative a suspendu ce jeudi l'annulation de la réservation de la salle de fêtes par le maire.

Le maire de Clairvaux-les-Lacs dans le Jura a retiré la salle mise à disposition pour accueillir vendredi un meeting de Marine Le Pen.

Concernant les risques de troubles à l'ordre public, le tribunal estime que " si des rassemblements d'opposants au Front National sont effectivement prévus, notamment par le collectif citoyen contre le FHaine, aucune pièce versée au dossier ne permet de remettre en cause leur caractère de rassemblement pacifique ". Le Tribunal administratif de Besançon a été saisi mercredi par le parti d'extrême droite pour revenir sur cette décision.

"Du point de vue de la sécurité, notre petite commune de 1 500 habitants ne peut pas accueillir le meeting d'une personne présidentiable comme Marine Le Pen, qui attirera peut-être 1 500 à 2 000 personnes, a expliqué mardi soir Alain Panseri, le maire (sans étiquette), confirmant des informations du quotidien Le Progrès". L'audience se tiendra le 16 février, tandis que le meeting, prévu le 17 février, est pour le moment maintenu par le Front national. ". Il assure que sa décision ne s'applique pas spécifiquement au Front national: " Ma réaction aurait été la même pour tout autre candidat de pareil envergure, qu'il s'agisse de François Fillon, d' Emmanuel Macron, de Benoît Hamon ou de Jean-Luc Mélenchon.

More news: Procès d'un restaurateur pour acte islamophobe — Tremblay-en-France
More news: Roman Polanski va retourner aux Etats-Unis
More news: HTC va lancer un casque de réalité virtuelle mobile

"La jauge maximale de notre salle est de 600 personnes, donc il risque d'y avoir beaucoup de gens dehors", a-t-il encore dit, ajoutant que des appels à contre-manifester étaient apparus sur les réseaux sociaux.

Le 1er février, la mairie de cette petite ville située à une vingtaine de kilomètres au sud-est de Lons-le-Saunier avait loué la salle à une "personne individuelle pour une réunion politique publique", a aussi signalé le maire, qui affirme n'avoir appris qu'une semaine plus tard qu'il s'agissait d'un meeting de la candidate du FN.

Mme Le Pen devait visiter un barrage puis tenir une réunion publique vers 18h30 vendredi soir.

Interrogé mercredi matin, le parti n'a pas souhaité confirmer l'information.

Recommande: