CETA. Le Parlement européen valide le traité commercial avec le Canada

17 Février, 2017, 03:58 | Auteur: Phil Beauvilliers
  • Le premier ministre canadien Justin Trudeau, et le président du Conseil européen Donald Tusk

"Nous les Européens voulons envoyer un message très clair: nous ne voulons pas construire des murs mais des ponts", a-t-il lancé, sous les huées d'une partie de ses collègues. Les principaux eurodéputés favorables au traité sont de droite, libéraux et socialistes.

"C'est le bon accord au bon moment" face aux "voix protectionnistes" qui "se lèvent un peu partout dans le monde", a estimé M. Champagne, présent mercredi au Parlement à Strasbourg.

Encore plus contesté, le TTIP (ou Tafta), négocié avec les Etats-Unis, a d'ores et déjà été gelé avec l'élection à la Maison Blanche de Donald Trump.

Le PCF et ses élus vont continuer de rassembler autour de cette exigence de référendum faisant appel à l'intelligence collective des citoyens, à la fois pour mesurer le contenu réel du CETA et d'ouvrir le débat nécessaire sur une régulation de la mondialisation économique, commerciale, sociale, culturelle et environnementale à contrario de la priorisation de la concurrence effrénée sur les droits les plus fondamentaux, qui détruit nos sociétés et notre planète. Le CETA servira de projet-phare pour les futurs accords commerciaux partout dans le monde', a déclaré avant le vote Artis Pabriks (PPE, LV), rapporteur pour l'accord AECG.

Le Parlement de la région belge de Wallonie s'en était inquiété fin octobre, entraînant une mini-crise diplomatique, qui avait retardé de quelques jours la signature du CETA par l'UE et le Canada.

More news: Israël : Trump reste flou sur " la solution à deux États "
More news: Conflit israélo-palestinien " la solution à deux Etats est la seule possible "
More news: Qu'apporte l'accord de libre-échange aux constructeurs européens — UE-Canada

"Dire oui au CETA, c'est piétiner le peuple", clamait une banderole, tandis que d'autres affirmaient "Plus vous insistez, plus nous résistons".

Parmi les mesures qui s'appliqueraient dès lors, on retrouve la baisse de nombreux doits de douane, la protection de 145 appellations d'origine contrôlée européennes au Canada, ou encore l'accès des entreprises européennes aux marchés publics canadiens. De ce fait, les produits canadiens ne pourront être importés dans l'Union européenne que s'ils respectent la réglementation actuelle.

Malgré cela des ONG n'ont pas été convaincues, craignant que ces "pseudo-juges" soient des avocats d'affaires liés à des cabinets privés.

Yannick Jadot se félicite de voir désormais le Parlement européen, sous la pression de l'opinion publique, " extrêmement divisé " sur le traité.

Les écologistes n'ont pas caché leur déception, eux qui n'ont eu de cesse de répéter que le Ceta n'a été pensé qu'en fonction des multinationales et qu'il menace autant l'emploi que l'environnement. Une procédure à l'issue incertaine, comme en témoigne le blocage wallon, qui prendra plusieurs années.

Recommande: