Cristina d'Espagne finalement innocentée dans l'"affaire Noos"

17 Février, 2017, 16:27 | Auteur: Gerard Affre
  • Cristina d'Espagne finalement innocentée dans l'

Iñaki Urdangarin, le mari de Cristina d'Espagne a été condamné à six ans et trois mois de prison ferme dans l'affaire Noos.

Rappel des faits. En janvier 2016, Cristina de Bourbon, fille du roi d'Espagne Juan Carlos Ier, était le premier membre de la famille royale à comparaître devant un tribunal.

Les juges se sont montrés moins sévères que le parquet qui réclamait 19 ans et six mois d'emprisonnement à l'encontre de M. Urdangarin, époux depuis 1997 de Cristina et père de ses quatre enfants. Son mari, l'ancien handballeur Iñaki Urdangarin, et 16 autres personnes se trouvaient aussi sur le banc des accusés. Concrètement, il est accusé d'avoir détourné près de six millions d'euros de subventions attribuées à Noos par les gouvernements régionaux des Baléares et de Valence, alors dirigés par le Parti populaire (PP, droite).

MADRID | L'infante Cristina est "satisfaite" après sa relaxe vendredi par le tribunal qui la jugeait pour complicité de fraude fiscale mais "attristée" par la peine de prison infligée à son mari, a déclaré vendredi à la presse son avocat, Miquel Roca. Un congrès Tourisme et Sport de deux jours avait été facturé 1,2 million d'euros, "un prix complètement disproportionné" fondé sur "un budget fictif", selon l'accusation.

EFE  Cati Cladera – Inaki Urdangarin
EFE Cati Cladera – Inaki Urdangarin

Inaki Urdangarin était inculpé de fraude, évasion fiscale, falsification de documents et détournement de fonds publics.

Le tribunal des Iles Baléares, à Palma de Majorque, a finalement innocenté l'infante: "Nous devons acquitter et nous acquittons Cristina Federica de Bourbon et de Grèce des délits contre l'administration fiscale dont elle était accusée", est-il écrit dans le jugement. Mais ce même procureur avait pris clairement la défense de Cristina. "Ce serait pour moi une surprise si elle était condamnée", insistait-il encore en novembre devant des journalistes.

L'affaire avait été révélée fin 2011 et avait d'autant plus choqué l'opinion que l'Espagne vivait sa pire crise économique depuis des décennies. Exilée depuis 2009 avec sa famille - à Washington puis à Genève - Cristina était passée du statut d'"infante moderne, tellement aimée, à présumée voleuse", résumait en 2015 son amie Rosario Nadal dans Vanity Fair.

La monarchie espagnole tombe un peu plus de son piédestal. Urdangarin aurait utilisé sa position de gendre du roi Juan Carlos pour obtenir de juteux contrats et surfacturer les prestations de Noos. Depuis, le souverain a pris publiquement ses distances avec sa soeur, bannie de tous les actes officiels.

Recommande: