La solution à deux Etats, qu'est-ce que c'est — Conflit israélo-palestinien

17 Février, 2017, 01:45 | Auteur: Phil Beauvilliers
  • Le Premier ministre Benjamin Netanyahu pendant la réunion hebdomadaire du cabinet dans ses bureaux à Jérusalem le 29 janvier 2017

Aux côtés du Premier ministre Benjamin Netanyahu pendant une conférence de presse à la Maison Blanche avant la réunion entre les deux hommes mercredi, Trump a résisté à l'engagement de longue date des Etats-Unis envers la solution à deux états.

Quant à l'ambassadeur que Donald Trump a nommé en Israël, l'avocat juif américain David Friedman, très controversé pour ses positions radicales en faveur de la colonisation et hostiles aux Palestiniens, il a reconnu devant le Sénat américain chargé de sa confirmation qu'il n'avait "pas de meilleure option" que la solution à deux Etats, tout en se disant "sceptique" sur cette voie de règlement du conflit.

Trump et Nétanyahou ont confirmé le projet mercredi. Et d'ajouter: " Nous ne dicterons pas les termes de ce que sera la paix".

En 1988, le leader palestinien défunt Yasser Arafat dévoilait une déclaration d'indépendance qui, pour la première fois, évoquait "deux Etats pour deux peuples".

LeWashington Post a décrit le changement de politique de Trump comme "un retrait dangereux " qui diminue encore les chances de paix, et "augmente les chances que l'un des rares coins relativement pacifiques de la région ne revienne au conflit".

More news: Violences en banlieue : François Hollande hausse le ton
More news: Le gouvernement espère calmer le jeu en banlieue — France
More news: Leonardo Jardim : " Gagner à Bastia pour préparer City "

Les propos du président Trump ont rompu avec un principe directeur de la diplomatie américaine adopté par ses prédécesseurs depuis au moins 2001. La "seule alternative", souligne-t-il en effet, "c'est un État démocratique et laïc dans lequel chrétiens, musulmans et juifs auront les mêmes droits" - sauf à créer "un régime d'apartheid inacceptable en 2017".

Trump, en adoptant une initiative de paix régionale qui court-circuite les Palestiniens, est "naïf " et se préparer à un "échec diplomatique", a écrit le journal.

Pour autant, le président Trump a appelé les deux parties israélienne et palestinienne à faire des "compromis".

Cette solution dite à deux États sert depuis des décennies de référence à la communauté internationale pour tenter de trouver un accord de paix au Proche-Orient. Saeb Erekat, qui a participé à toutes les négociations avec Israël depuis vingt-cinq ans, estime que "saper la solution des deux États serait un désastre et une tragédie tant pour les Israéliens que pour les Palestiniens". Celui qui déclarait pendant sa campagne en mars dernier "personne n'est plus pro-Israël que moi "? À l'aéroport de Tel-Aviv, peu avant son départ lundi, Netanyahou a affirmé que " l'alliance avec les. Il a cependant évité de mentionner explicitement un état palestinien. De fait, reconnaît Jonathan Schanzer, vice-président du centre de recherche conservateur Foundation for Defense of Democracies, si "les Israéliens sont évidemment favorables" à une ambassade américaine à Jérusalem, "ils veulent avancer lentement" afin de privilégier leur "premier objectif, le soutien des Etats-Unis à la sécurité" de l'Etat hébreu.

Recommande: