"Tout doit être fait" pour une solution à deux Etats — Proche-Orient

17 Février, 2017, 03:39 | Auteur: Gerard Affre
  • The exterior of the US Embassy building in the Israeli coastal city of Tel Aviv

En visite en Egypte, le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, a rappelé mercredi que la solution à deux Etats, un Etat israélien et un Etat palestinien, était la seule solution possible au conflit au conflit israélo-palestinien.

Mais à la veille de la première rencontre officielle dans le Bureau ovale entre le président américain et le premier ministre israélien, un responsable de la Maison blanche a signalé une rupture avec ce principe: il a expliqué que les États-Unis n'insisteront pas sur une solution à deux États entre Israël et les Palestiniens.

Le secrétaire général de la Ligue arabe a estimé que la paix au Proche-Orient nécessitait une solution à deux Etats, un règlement mis à mal par le président américain Donald Trump lors de sa rencontre avec Benjamin Netanyahou le 15 février.

More news: Violences en banlieue : François Hollande hausse le ton
More news: Dernière minute : Barthélémy Dias l'a échappé belle
More news: Qu'apporte l'accord de libre-échange aux constructeurs européens — UE-Canada

Le communiqué de la Ligue arabe précise encore que Antonio Guterres et Ahmed Aboul Gheit sont tombés d'accord sur le fait que la solution à deux Etats restait "la véritable façon" de parvenir à la paix.

"La paix est l'objectif, que cela soit sous la forme d'une solution à deux Etats si c'est ce que les parties veulent, ou quelque chose d'autre si les parties le veulent", avait-il ajouté.

La solution à deux Etats a longtemps été soutenue à Washington par des administrations républicaines comme démocrates.

Recommande: