Trump : L'accord sur le nucléaire iranien est le pire accord pour Israël

17 Février, 2017, 05:25 | Auteur: Phil Beauvilliers
  • Check point à l'entrée d'un village du gouvernorat d’Hébron bloqué par les forces israéliennes en juin 2016

Cette reconnaissance est endossée par l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), qui regroupe l'ensemble des mouvements palestiniens, à l'exception des islamistes du Hamas et du Jihad islamique, puissants à Gaza.

Il a insisté sur le fait que Washington "ne dictera pas les termes" de la paix, alors que M. Netanyahu dénonce régulièrement les "diktats" de la communauté internationale pour résoudre l'un des plus vieux conflits de la planète.

Certes, lorsqu'il présentera la chose à Trump, il assurera encore, avec tout le tact dont est capable un vendeur de voitures d'occasion, se soucier de la paix, sachant fort bien que le gendre de Trump, Jared Kushner, à qui le président a donné pour mission de faciliter la conclusion d'un accord, n'a pas la moindre chance d'y parvenir.

La visite du Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou à Washington pour y rencontrer Donald Trump a relancé le débat sur les futures relations israélo-américaines, à défaut de les clarifier.

M. Netanyahu est sous pression de la frange la plus dure de son gouvernement favorable à l'annexion d'une partie de la Cisjordanie, occupée depuis 50 ans par Israël. Voici ce qu'a déclaré un responsable de la Maison Blanche, sous couvert d'anonymat à quelques heures de la rencontre Trump-Netanyahu.

More news: Un maire refuse de louer une salle à Marine Le Pen — Jura
More news: Israël : Trump reste flou sur " la solution à deux États "
More news: A Chicago, un bébé meurt en direct sur Facebook Live

Sur une note moins favorable, le président américain a invité le dirigeant israélien à faire preuve de modération dans sa politique de colonisation juive dans les territoires occupés par Israël.

Le président Trump a toutefois modéré ses propos de campagne après son entrée à la Maison Blanche le 20 janvier. Un déménagement qui marquerait là aussi une rupture avec la position historique des Etats-Unis. Et le président a prévenu vendredi dans un journal israélien que l'expansion des colonies n'était "pas bonne pour la paix".

Il s'est dit mercredi disposé à aborder le dossier "en substance" et non par le biais "d'annonces" et a rappelé les deux conditions que pose Israël à tout accord de paix: "Premièrement, les Palestiniens doivent reconnaître l'Etat juif (.) Deuxièmement, Israêl doit conserver le contrôle total de tout le secteur situé à l'ouest du Jourdain".

Les deux hommes sont également tombés d'accord sur l'Iran.

Revenant sur l'accord sur le nucléaire iranien, Trump a estimé qu'"il était le pire accord pour Israël". Dans une volonté de trancher véritablement avec la politique menée jusqu'à présent par Barack Obama, Donald Trump a multiplié les signes d'amitié et de collaboration avec le Premier ministre israélien.

Recommande: