Trump loue les liens "indestructibles" des Etats-Unis avec Israël

17 Février, 2017, 01:07 | Auteur: Phil Beauvilliers
  • L'ambassadeur de Corée du Nord en Malaisie Kang Chol fait une déclaration aux médias le 18 février 2017 devant le bâtiment de médecine légale de l'hôpital de Kuala Lumpur

Depuis des décennies, cette solution à deux États a toujours été au centre de la position de Washington et de la communauté internationale.

"Nous allons y travailler de manière très diligente", a-t-il dit, sans offrir de nouvelles perspectives. Rappelons que depuis le Processus d'Oslo lancé en 1993 - sous parrainage américain -, l'idée de deux Etats pour deux peuples (israélien et palestinien) est la base de tous les efforts diplomatiques. En réponse, Benjamin Netanyahu a jugé que le nouveau président étasunien offrait "une occasion sans précédent" pour faire avancer la paix.

S'agit-il d'une rupture avec la politique menée jusque-là par les Etats-Unis dans la région?

Les Etats-Unis encouragent un accord de paix entre Israéliens et Palestiniens, a réaffirmé Donald Trump. Reprenant la terminologie en vigueur sous George Bush, un communiqué de la Maison-Blanche avait postulé la semaine dernière que l'extension des implantations juives en Cisjordanie n'est pas en soi "un obstacle à la paix", mais qu'elle "n'aide pas". Du côté palestinien, le numéro deux de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP) Saëb Erakat a dénoncé une tentative d'"enterrer la solution à deux Etats et d'éliminer l'Etat de Palestine". Le Hamas a dénoncé "un jeu fourbe" de Washington. Le porte-parole de la Maison Blanche a indiqué que les deux dirigeants s'entretiendront de la menace iranienne mais aussi d'un accord futur avec les palestiniens.

Trump s'exprimait au côté du premier ministre israélien Benjamin Netanyahu. Et que la question de la paix au Moyen-Orient était une priorité pour Trump et qu'il voulait rapprocher les deux parties pour des pourparlers très bientôt. Il a exhorté l'Etat hébreu à faire preuve de "flexibilité" et de "retenue" sur la colonisation.

Depuis l'investiture de Donald Trump le 20 janvier, M. Netanyahu a approuvé la construction de 6000 logements supplémentaires en Cisjordanie et à Jérusalem-Est, s'attirant une condamnation de la communauté internationale et de l'Onu, à laquelle les Etats-Unis ne se sont pas joints. "Les Etats-Unis peuvent être utiles pour faciliter les négociations, mais personne ne doit dire à Israël quoi faire, ou quel accord respecter alors que celui-ci est fait à des milliers de kilomètres de là, par des gens qui ne savent pas ce qui se passe en Israël et dans la zone".

Les deux hommes sont également tombés d'accord sur l'Iran.

Recommande: