Jean-Luc Mélenchon dépasse les 500 parrainages requis — Présidentielle

15 Mars, 2017, 04:31 | Auteur: Djeferson Maurice
  • Des gens assistent à un rassemblement électoral du candidat à la présidence du Parti socialiste français Benoit Hamon à l'AccorHotels Arena à Paris le 19 mars 2017

Enfin, Jean-Luc Mélenchon (La France insoumise) a dépassé lui aussi ce seuil ce mardi. Les élus communistes qui lui ont accordé leur signature arrivent en troisième position. "Je tiens à les remercier d'une manière particulière, sans le concours de ces maires, "je n'y serais pas parvenu", a-t-il dit".

C'est la première année que le Conseil constitutionnel publie en continu pendant la période de recueil des signatures, le nombre de parrainages validés, ainsi que la totalité des noms des "parrains", en vertu d'une loi d'avril 2016 instaurant une plus grande transparence mais critiquée par de "petits" candidats notamment.

En marge de sa participation à ce 5e "sommet du plan B", censé déterminer les conditions de construction d'une nouvelle Europe, hors des traités existants, M. Mélenchon s'est dit "très heureux", les spéculations allant bon train sur l'hypothèse de son retard pris par rapport aux autres candidats.

A échéances régulières depuis plusieurs semaines, le Conseil Constitutionnel fait le bilan des parrainages reçus pour chaque candidat potentiel à la présidence.

Selon M. Mélenchon, les élus communistes qui lui ont accordé leur signature l'ont fait "sans consigne particulière autre que celle de leur conscience".

La liste officielle des candidats ne sera communiquée que lundi ou mardi prochain.

Depuis une guerre des nerfs s'est instaurée entre la place du Colonel Fabien et le mouvement La France insoumise, créé pour soutenir la candidature de Jean-Luc Mélenchon, autour de la question des législatives. En rouge, les candidats qui ont obtenu leurs 500 parrainages. "Un cachet postal apposé avant le vendredi 17 mars à 18 heures ne modifierait pas l'application de cette règle".

Il rejoint donc François Fillon, Emmanuel Macron, Benoît Hamon, Nicolas Dupont-Aignan, Nathalie Arthaud, Marine Le Pen et le candidat souverainiste François Asselineau.

Recommande: