Nouveau logo — Etiquetage nutritionnel

15 Mars, 2017, 14:14 | Auteur: Djeferson Maurice
  • La ministre de la Santé Marisol Touraine en octobre 2016 à l'Élysée

Et ce en "recommandant un système d'étiquetage nutritionnel pour faciliter le choix du consommateur", déclare Marisol Touraine ce 15 mars, à l'occasion de l'annonce du choix du logo choisi pour figurer sur les emballages d'aliments. La vignette, dont la mise en place se fait dans le cadre de la loi Santé, a pour but de renseigner les consommateurs sur les produits particulièrement riches en sucre, en gras ou en sel afin de dissuader les Français d'acheter ces derniers en trop grande quantité. "En clair, les consommateurs sont davantage attentifs et ont privilégié des aliments plus sains".

En septembre 2016, 60 supermarchés situés dans 4 régions de France ont participé pendant 10 semaines à l'évaluation comparative de 4 systèmes d'étiquetage nutritionnel simplifié, en conditions réelles d'achat. La ministre de la Santé, Marisol Touraine, a dévoilé mercredi dans les colonnes du Parisien, le nouveau logo nutritionnel qui entrera en vigueur en avril. "La réglementation européenne ne permet pas de le rendre obligatoire".

Quand l'étiquetage simplifié sera-t-il visible?

Le "nutri-score" pourra être apposé, selon la volonté des industriels donc, dans tous les supermarchés de France sur les produits transformés, comme les lasagnes ou les pizzas, les plats préparés au rayon traiteur ou en conserve, ainsi que sur les pâtisseries et viennoiseries industrielles. "Il y a 30% d'adultes en surpoids, 15% en obésité".

"Ce logo restant facultatif pour les industriels, cette mesure peut-elle être efficace?" interroge Le Parisien. Notre consultant santé considère cet étiquetage comme une "information complémentaire utile" mais appelle à prendre aussi en compte d'autres facteurs. Résultat: la qualité du panier moyen d'achat a le plus augmenté avec le Nutri-Score. Mais les industriels s'étaient élevés contre ce logo à cinq couleurs proposé dès 2014 par l'épidémiologiste Serge Hercberg, président du Plan national nutrition santé (PNNS), et préconisé par le Haut conseil de la santé publique (HCSP).

Le logo retenu, consiste en un système de lettres associées à des couleurs, qui sont apposées sur la face avant des produits alimentaires pour permettre de comparer simplement leur qualité nutritionnelle.

Pour Emilie Tafournel, directrice qualité de la Fédération du commerce et de la distribution (FCD), "ça amplifie la cacophonie". "Je compte sur la pression des consommateurs, qui demandent à être informés, pour que les industriels s'engagent dans cette voie", conclut-elle.

"Je ne souhaite pas bannir le plaisir de manger et de partager", assure de son côté Marisol Touraine.

Recommande: