Les accusations d'écoutes de Trump démenties par une commission du Sénat

17 Mars, 2017, 15:36 | Auteur: Christian Jacquard
  • Donald Trump le 16 mars 2017 au Capitole à Washington  AFP

Donald Trump a, dans une lettre rendue publique, demandé directement au "speaker" de la Chambre des Représentants, équivalent de président, Paul Ryan, d'augmenter de 30 milliards de dollars le budget prévu pour l'armée en 2017. Le budget prévoit une baisse de 28% des ressources du département d'État, en charge de la diplomatie de la première puissance mondiale.

En parallèle de l'annonce du projet présidentiel de budget pour 2018. En déplacement à Tokyo, le secrétaire d'Etat américain, Rex Tillerson, a jugé que le niveau des dépenses atteint par la diplomatie américaine n'était "simplement plus tenable" et a ajouté qu'il acceptait volontiers le "défi" lancé par Donald Trump.

L'agence environnementale subit elle une coupe de 31% (2,6 milliards).

"Il est temps de rendre prioritaires la sécurité et le bien-être des Américains, et de demander au reste du monde de s'impliquer et de payer sa part", explique Trump dans une lettre d'introduction au texte, qui devra être soumis au Congrès. Le budget des centres nationaux de santé (National Institutes of Health, NIH), la plus grosse institution gouvernementale en charge de la recherche médicale, subirait une baisse de 5,8 milliards de dollars. La Maison blanche a dit que ce plan serait présenté ultérieurement.

L'accroissement des dépenses militaires n'attendra pas 2018.

More news: Une boîte de préservatifs par équipe — Koh Lanta
More news: Bouygues Telecom propose un forfait 50 Go à 9,99 € par mois
More news: Un étudiant tabassé lors d'un meeting de François Fillon — Présidentielle

"On ne peut pas assécher le marais et laisser tout le monde dedans", déclare-t-il.

Nombre d'ONG internationales sont également vent debout: Human Rights Watch a dénoncé "l'intention du président Trump d'affaiblir les agences gouvernementales américaines qui traitent des questions des droits de l'homme" au profit d'une hausse de 10% du budget de la Défense. Du côté démocrate, le représentant Bennie Thompson a condamné un projet budgétaire "mort d'avance (...) rien d'autre qu'un fantasme conservateur pour lacérer le gouvernement sans aucune justification rationnelle". Et plusieurs élus républicains ont déjà indiqué qu'il devrait être profondément remanié pour avoir une chance d'être voté.

Selon le texte, le département de la Sécurité intérieure se verrait octroyer une hausse de 6,8% de ses dépenses, notamment en vue d'assurer l'interception, la détention et l'expulsion de migrants en situation irrégulière aux Etats-Unis.

L'estimation du coût total du mur figurera dans le budget complet, attendu à la mi-mai, qui dressera les dépenses et revenus des dix prochaines années.

Recommande: