Renault/Diesel: La DGCCRF pointe la responsabilité de Ghosn, d'après une source

18 Mars, 2017, 02:06 | Auteur: Christian Jacquard
  • EcoQuick									
					
								3,5 MILLIARDS €			
				Renault risque 3,5 milliards d'euros d'amende pour fraude au logiciel
truqueur

Le document qu'a pu se procurer Libération détaille l'enquête de la DGCCRF: certains moteurs Renault, lorsqu'ils sont testés en conditions d'utilisation normale, ont des émissions largement supérieures à celles enregistrées dans les tests. Le Renault Captur, par exemple, aurait des émissions de Nox 377 % supérieures ce qui, pour les enquêteurs, permet " de soupçonner l'installation d'un dispositif frauduleux ".

"Renault ne triche pas (.)".

Le gendarme de Bercy suspecte le constructeur automobile d'avoir mis en place un logiciel "ayant pour objectif de fausser les résultats de tests antipollution" afin de respecter les normes réglementaires. Se basant sur le témoignage d'un ex-salarié, la DGCCRF estime que certaines pratiques remontent en effet à 1990. La DGCCRF enquête sur les moteurs diesel Euro 5 et Euro 6, homologués à partir de septembre 2009. Renault a toujours répondu qu'il n'avait pas embarqué de logiciel de trucage et que ses véhicules respectaient les conditions d'homologation.

D'après les sources judiciaires issues du fameuxrapport de la DGCCRF dévoilé hier, les enquêtes ciblent "l'ensemble de la chaîne de direction de la société qui rend compte en dernier ressort à son PDG Carlos Ghosn" est impliquée, elle "retient la responsabilité de la personne morale".

En s'appuyant sur ces résultats, le parquet de Paris a décidé début janvier 2017 d'ouvrir une information judiciaire visant Renault pour "tromperie sur les qualités substantielles et les contrôles effectués ".

France Nature Environnement, qui veut également se porter partie civile, a quant à elle relevé que ces émissions, reconnues comme cancérigènes, "portent directement atteinte à la santé des citoyens". Si les révélations s'avèrent exactes - ce que le constructeur a, pour rappel, vigoureusement démenti - le cours de Bourse de Renault pourrait ne plus être simplement chahuté mais particulièrement soumis à rude épreuve. "Nous ne voulons pas que le citoyen et son véhicule soient oubliés dans cette affaire ". Le titre a perdu jusqu'à 10 % en trois jours à Paris. L'affaire est prise très au sérieuse dans les rangs du constructeur qui risque une amende de 3,5 milliards d'euros.

Des avocats mobilisent déjà des propriétaires de Renault pour en réclamer le remboursement.

Les élections présidentielles françaises pourraient toutefois permettre à Carlos Ghosn de préparer sa défense dans cette affaire. Sa vice-présidente, l'eurodéputée écologiste Karima Delli, plaide pour la création d'une agence européenne de l'homologation, " pour éviter les conflits d'intérêts entre les constructeurs et leurs capitales ou entre les agences d'homologation et les constructeurs ". De plus, énormément engagé en sport automobile, le groupe a arrêté subitement les efforts financiers sur ses programmes sportifs.

Recommande: