Hommage aux victimes de Mohamed Merah, à Toulouse : Bruno Le

19 Mars, 2017, 18:35 | Auteur: Djeferson Maurice
  • Abdelghani Merah est parti de Marseille le 8 février 2017

Cinq ans après les tueries qui ont fait sept morts, à Montauban et à Toulouse, l'émotion est toujours là. "Cinq ans après la tragédie, il nous est impossible d'oublier", a déclaré le ministre de l'Intérieur Bruno Le Roux, à l'école juive Ozar Hatorah, rebaptisée Ohr Torah, où Mohamed Merah avait tué plusieurs personnes.

Ce dimanche matin, lors de la cérémonie d'hommage à ses quatre victimes, exécutées froidement le 19 mars 2012 au matin à l'école juive Ohr Torah, pas une seule fois son nom n'a été prononcé.

"Notre demande est simple: c'est une simple modification du droit existant", a-t-il dit en présence du ministre de l'Intérieur Bruno Le Roux.

Le 11 mars, à Toulouse, le "tueur au scooter" avait démarré sa course meurtrière par l'assassinat du maréchal des logis chef Imad Ibn-Ziaten - dont la mère Latifa Ibn-Ziaten est depuis engagé dans de nombreuses actions auprès des jeunes pour lutter contre la radicalisation. "Jamais, jamais il n'y aura de refuge sur le sol national pour les terroristes qui s'en prennent à nos enfants, à nos proches, à nos amis, à nos policiers et à nos soldats". Cet Arbre de vie a été réalisé par le sculpteur Charles Stratos. Puis des gerbes seront déposées avec le maire de Toulouse Jean-Luc Moudenc (LR), au pied du magnolia planté en 2013 par François Hollande en mémoire des sept victimes, non loin du Capitole. Le 15 mars, à Montauban, le jihadiste a assassiné le caporal Abel Chennouf, 25 ans, et le 1ère classe Mohamed Legouad, 23 ans.

Jonathan Sandler, professeur de 30 ans est la première victime du tueur. Le 15 mars, ce sont deux militaires qui étaient assassinés à Montauban (Tarn-et-Garonne), un troisième grièvement blessé. Autoproclamé "combattant d'Al-Qaïda", le terroriste avait été abattu par les forces de l'ordre le 22 mars à Toulouse, alors qu'il était retranché dans son appartement. Des militaires français, tombant sous les balles parce qu'ils portaient l'uniforme.

Recommande: