" "Benoît Hamon garde " la nuque raide " dans la tempête

20 Mars, 2017, 20:57 | Auteur: Nathanaël Gerin
  • Jean-Luc Mélenchon le 11 mars 2017 à Rome

Grave par moments, notamment en faisant respecter une minute de silence en hommage aux victimes des attentats, Benoît Hamon a voulu prendre de la hauteur, en multipliant les références historiques, en évoquant la gravité de la situation internationale, ou en livrant " sa vision de la République et de la France", explique un cadre de l'équipe de campagne.

Manuel Valls en profite pour attaquer le programme de Benoît Hamon, afin de justifier son choix: "Comme beaucoup, je ne crois pas que l'avenir de la France passe par une sortie du nucléaire, par l'abandon des règles et des interdits - je pense bien sûr à la légalisation du cannabis -, par le dénigrement de cette valeur qu'est le travail, par une fuite en avant avec le gonflement de notre dette, qui n'est que la promesse de hausses d'impôts". "Je veux d'abord le dire solennellement: le parti de l'argent a trop de candidats dans cette élection".

More news: Inguiniel : Une femme portée disparue
More news: "I Kissed A Girl" est inspiré de sa propre vie — Katy Perry
More news: Équipe de France : "Pas de raison d'attendre pour Mbappé" avoue

Valls brandit également la "menace de l'extrême droite" et met en garde celui qui remplacera François Hollande à l'Elysée en mai prochain: "il faudra tenir le pays, se dépasser", dit-il, mais aussi "oublier les vieux clivages", quatre mots qui peuvent être interprétés comme un soutien implicite au candidat Emmanuel Macron? "Hier, à Bercy, devant une foule de 15000 personnes galvanisées par son discours et une forêt de drapeaux roses et verts, il a semblé retrouver un second souffle".

Et pour faire bonne mesure, Benoît Hamon a fait personnellement applaudir "François Hollande, Bernard Cazeneuve et Jean-Yves Le Drian" pour leur détermination à lutter contre le terrorisme. "Moi, en tant que Breton, je sais garder la nuque raide", a-t-il ajouté en assurant que "ces dernières semaines n'ont ébranlé aucune de [ses] convictions". Pour l'heure, les deux candidats de gauche font campagne parallèlement; comme l'illustrent la marche de Jean-Luc Mélenchon samedi et le meeting de Benoît Hamon dimanche. Faute d'avoir pu s'entendre sur une candidature unique, les deux prétendants se sont ce week-end notablement épargnés l'un l'autre.

Recommande: