L'assaillant d'Orly a dit être " là pour mourir par Allah "

20 Mars, 2017, 08:07 | Auteur: Gerard Affre
  • Neuf mentions de droit commun figureraient sur son casier judiciaire

L'enquête a cependant été confiée au pôle antiterroriste du parquet de Paris.

Vers 6H55, le suspect blesse un policier à la tête avec un pistolet à grenailles lors d'un contrôle routier à Garges-lès-Gonesse (Val-d'Oise), au nord de Paris. Peu après, le suspect a "fait irruption dans un débit de boissons", à Vitry-sur-Seine. Cinq kilomètres plus loin, il a abandonné sa Clio et, sous la menace de son arme, s'est emparé d'une C4, voiture au volant de laquelle il est arrivé à Orly, seul, à 8 h 06, comme l'ont montré les caméras de vidéosurveillance. "(.) Il y a une volonté très forte d'aller au bout de ce processus", selon le procureur, qui a évoqué "une sorte de fuite en avant avec un processus de plus en plus destructeur qui va visiblement crescendo (.) avec des intentions qui sont criminelles de façon très objective".

Vers 8 h 30, au premier étage du hall 1 du terminal, il a tenté de s'emparer du fusil d'assaut Famas d'une militaire en patrouille de Sentinelle, puis s'est réfugié dans un commerce de l'aéroport à proximité.

Face aux forces de sécurité qui devait l'interpeller, il aurait lancé " Posez vos armes, je suis là pour mourir par Allah. Lors de l'agression, il s'est déclaré prêt à "mourir" au nom d'Allah.

Une opération de déminage a été menée mais aucun explosif n'a été retrouvé sur lui et à proximité.

Ziyed Ben Belgacem, l'agresseur d'une militaire samedi à l'aéroport parisien d'Orly, était sous l'emprise de l'alcool et de stupéfiants au moment de l'attaque, une révélation qui éclaire les circonstances de son passage à l'acte.

More news: "Une volonté pour la France" : Fillon change de slogan de campagne
More news: EN DIRECT - Benoît Hamon à Bercy : suivez son meeting en vidéo
More news: Erdogan accuse les Pays-Bas du massacre

Il a également été mis en examen à Paris et emprisonné en mars 2016 dans le cadre d'une enquête sur une série de vols par effraction, avant d'être libéré en septembre sous contrôle judiciaire.

Une enquête a été ouverte notamment pour tentative d'homicide et d'assassinat en relation avec une entreprise terroriste.

Les enquêteurs vont s'attacher à rechercher d'éventuelles complicités. "Détecté comme radicalisé" à l'occasion d'un passage en détention au cours des années 2011-2012, il avait également fait l'objet en 2015 d'une perquisition administrative, qui "n'avait rien donné", a précisé une source policière. Outre son père et son frère, un cousin de l'assaillant a été placé en garde à vue. Samedi dans la soirée, le frère et le cousin de Ziyed Ben Belgacem, qui étaient placés en garde à vue ont été relâchés.

Dans la matinée, près de 3000 personnes ont été évacuées sans encombre du terminal sud d'Orly ou transférés dans le terminal ouest voisin. Parmi eux, 33 ont atterri à Roissy-Charles-de-Gaulle, et un à Beauvais.

Les témoins ont décrit une scène aussi brève que violente.

Recommande: