Les dossiers qui attendent Londres et Bruxelles — Brexit

20 Mars, 2017, 15:08 | Auteur: Phil Beauvilliers
  • Manifestation de ressortissants de l'Union Européenne en Grande Bretagne inquiets par les conséquences du Brexit.- AFP

Le gouvernement britannique de Theresa May activera l'article 50 du traité de Lisbonne le 29 mars, lançant officiellement la sortie du Royaume-Uni hors de l'Union européenne.

Les dirigeants européens ont toujours indiqué qu'ils agiraient avec célérité pour lancer les négociations avec Londres, prévues pour durer deux ans maximum, délai après lequel la séparation devient automatique si aucun accord n'est trouvé.

D'ici la fin de la semaine prochaine, après avoir reçu la lettre de Theresa May, le président du Conseil européen Donald Tusk devrait distribuer aux gouvernements des 27 pays membres restants un document exposant les grandes lignes directrices des négociations.

"Le représentant permanent du Royaume-Uni à Bruxelles a informé l'Union européenne ce matin (lundi 20 mars, ndlr) que la Grande-Bretagne activerait l'article 50 le 29 mars", a indiqué ce porte-parole lors d'un point presse. La Première ministre britannique Theresa May l'a annoncé mardi 14 mars au lendemain du feu vert donné par le Parlement.

More news: L'étonnante révélation de Rabiot — Barça-PSG
More news: Le questionnaire aux élèves qui fait polémique en Corse — Religion et origines
More news: Oups! En direct, il remercie sa femme... et sa petite amie!

Parlant du Brexit comme "la négociation la plus importante pour ce pays depuis une génération", David Davis a ajouté que le gouvernement était "clair sur ses objectifs: un accord qui fonctionne pour toutes les nations et régions du Royaume-Uni et bien sûr pour l'ensemble de l'Europe, un nouveau partenariat positif entre le Royaume-Uni et nos amis et alliés au sein de l'Union européenne".

Une fois l'article 50 activé, le Royaume-Uni et l'UE disposeront de deux années pour boucler les négociations de sortie. Mais le Brexit rencontre des résistances, notamment en Ecosse.

La Première ministre d'Ecosse, Nicola Sturgeon, va en effet demander au Parlement régional l'autorisation de réclamer cette nouvelle consultation.

Recommande: