Macron président, Fillon loin derrière, ça se confirme (dernier pointage) — Sondage présidentielle

20 Mars, 2017, 21:50 | Auteur: Phil Beauvilliers
  • Vainqueur surprise de la primaire socialiste Benoît Hamon peine à faire décoller sa campagne

Préparez-vous à un nouvel épisode du théâtre présidentiel français.

Marine Le Pen reste en tête des intentions de vote pour le premier tour de l'élection présidentielle, avec 27%. C'est un autre paradoxe de cette campagne. Comment? En affirmant notamment qu'ils sont les candidats qui n'ont rien su régler des problèmes de la France puisqu'ils ont gouverné au cours des deux précédents quinquennats. Des chiffres toutefois susceptibles d'évoluer après un week-end marqué par le succès de la grande marche de Jean-Luc Mélenchon samedi place de la République et surtout le discours très réussi de Benoît Hamon dimanche à Bercy. Selon "L'Express", le candidat se serait entraîné avec des proches comme "sparring-partners "; les députés Valérie Boyer, Serge Grouard et Luc Chatel auraient joué respectivement les rôles de Le Pen, Mélenchon et Macron.

Evolution inéluctable à l'heure d'internet, des médias sociaux et de la prolifération des vidéos? Peut-être. Mais le sujet mérite en tout cas réflexion. Un recours au conseil d'Etat a été déposé par le candidat souverainiste Nicolas Dupont-Aignan, et les autres petits candidats vont désormais capitaliser au maximum sur cette discrimination pour exiger des compensations.

Côté "chorégraphie", ce débat durera 2h30. Cinq ans plus tard, François Hollande avait soi-disant remporté haut la main sa confrontation avec Nicolas Sarkozy.

Le candidat d'En Marche! et la candidate du FN obtiennent tous les deux 26% d'intentions de vote dans notre enquête réalisée par Kantar Sofres-Onepoint. Enfin, chaque prise de parole sera dûment chronométrée, afin de ne pénaliser personne.

Parmi les moments d'anthologie, on pourra retenir le moment où François Fillon mange un criquet criquet grillé, celui où Benoît Hamon mime un diablotin ou encore quand Emmanuel Macron fait sans sourciller un dab.

More news: Emmanuel Macron révèle pourquoi il ne veut pas d'enfants (vidéo) — Au Tableau
More news: Pratiques nazies: Berlin tente de calmer le jeu avec la Turquie
More news: Présidentielle: Macron et Le Pen dans un mouchoir, selon un sondage

Les Français suivent cette présidentielle comme une mauvaise série télévisée, à la fois médusés et distants. Choisi parmi les candidats les mieux placés dans les sondages, les débatteurs de ce soir aiguisent leurs arguments. La conquête de l'Élysée se déroule sous la menace de la Justice qui a dans son viseur, à des degrés divers, les trois principaux candidats (François Fillon, Marine Le Pen et Emmanuel Macron).

Un "effet Macron" constaté dans toutes les régions métropolitaines Signalons qu'Emmanuel Macron est le seul candidat dont les intentions de vote ont augmenté sur la totalité des régions françaises sondées avec des résultats à + 5% en Centre Val de Loire et en Pays de Loire, à + 4% en Normandie et en Bourgogne Franche-Comté.

Un candidat en meeting. A en juger par la situation actuelle, il bénéficie probablement d'une forme de vote utile à gauche, étant donné que 16% des électeurs de Jean-Luc Mélenchon de 2012 affirment vouloir voter pour lui. Il passerait donc devant Marine Le Pen (25%).

Il faut dire que depuis plusieurs années l'animosité entre l'humoriste et la candidate du FN n'est plus un secret. Lâché par plus de deux cents élus de son parti au début mars, François Fillon a tenu bon et obtenu finalement de rester en lice, conforté par la manifestation de ses partisans le 6 mars au Trocadéro à Paris.

Emmanuel Macron, cible de tirs croisés de plus en plus nourris depuis qu'il a creusé l'écart sur ses adversaires de la droite et de la gauche classiques dans les enquêtes d'opinion, va dans le même sens.

Recommande: