Paris/Orly: l'assaillant était sous l'emprise de l'alcool et de stupéfiants (source judiciaire)

20 Mars, 2017, 23:28 | Auteur: Phil Beauvilliers
  • Aéroport d'Orly un homme abattu après avoir dérobé l'arme d'un militaire

Il avait lancé aux militaires au moment de l'agression: "Je suis là pour mourir par Allah. De toute façon, il va y avoir des morts".

L'homme n'était pas fiché S, mais fiché "J" au Fichier des personnes recherchées (FPR), et était donc recherché par la police judiciaire pour des faits de vol à main armée.

"Mon fils n'a jamais été un terroriste". Jamais il n'a fait la prière et il (buvait). "Et sous l'effet de l'alcool et du cannabis, voilà où on arrive", a-t-il témoigné à l'issue de sa garde à vue. Une autopsie doit être réalisée pour savoir s'il était sous l'emprise de l'alcool ou de stupéfiants. Ont été retrouvés sur lui 750 euros, un exemplaire du coran, un paquet de cigarettes et un briquet et, à son domicile, de Garges-lès-Gonesse (Val d'Oise), quelques grammes de cocaïne ainsi qu'une machette.

Une enquête pour tentative d'homicide sur personne dépositaire de l'autorité publique, tentative d'assassinat, vol avec armes, association de malfaiteurs criminels en relation avec une entreprise terroriste a été ouverte.

Le père de Ziyed Ben Belgacem, ainsi que son frère, se sont présentés sans avoir été convoqués à la police, samedi en fin de matinée.

More news: Attaque de Donald Trump: L'Allemagne répond
More news: Afrique Foot Algérie: Zetchi remplace Raouraoua à la fédération
More news: Les programmes des candidats en dix points clefs — Présidentielle

Pour l'heure, rien n'explique le passage à l'acte de ce Français d'origine tunisienne au casier judiciaire chargé qui a suivi une folle équipée entamée samedi tôt au nord de Paris pour s'achever à l'aéroport d'Orly, au sud de la capitale, moins de deux heures plus tard.

Sa trace est réapparue à une trentaine de kilomètres de là, en banlieue sud, où il a notamment volé une voiture, avant de gagner l'aéroport d'Orly-Sud situé non loin. Il sort à nouveau son revolver à grenaille, met en joue les clients, puis tire à quatre reprises, sans faire de blessé.

"L'enquête conduite par la section antiterroriste du parquet de Paris permettra de déterminer le profil et les motivations de cet individu et de reconstituer son parcours", a affirmé le premier ministre Bernard Cazeneuve.

L'homme qui a agressé une patrouille de militaire dans le terminal Sud de l'aéroport d'Orly (Val-de-Marne) ce samedi matin, dénommé Ziyed Ben Belgacem, avait été repéré pour radicalisation en prison entre 2011 et 2012 selon le procureur de la République de Paris, François Molins, qui a tenu une conférence de presse samedi à 20h00 heure locale (19h00 GMT).

Recommande: