Présidentielle : Hamon et Mélenchon boostent leur campagne avant le premier débat

20 Mars, 2017, 16:59 | Auteur: Gerard Affre
  • Présidentielle : Hamon et Mélenchon boostent leur campagne avant le premier débat

Cinq ans séparent les deux meetings. "Dans cette bataille qui s'engage, je vais vous dire qui est mon adversaire, mon véritable adversaire".

Dans ce texte, qui prend la forme d'une sorte de plaidoyer, Manuel Valls explique que c'est par "cohérence" et non "trahison", comme certains à gauche le soutiennent, qu'il a décidé de ne pas apporter son parrainage au candidat socialiste à la présidentielle Benoît Hamon. L'illusion était presque parfaite quand Benoît Hamon a ciblé "le parti de l'argent qui a plusieurs noms, plusieurs visages" et "trop de candidats dans cette présidentielle", en référence à la finance, cet adversaire qui n'avait "ni nom ni visage" en 2012. "Allez vous acheter un costume, diable!", a-t-il également lancé sous les applaudissements de quelque 20.000 partisans le député des Yvelines, en allusion à plusieurs propos controversés de l'ex-ministre de l'Économie. Taclé -implicitement- par Christiane Taubira et par le candidat socialiste, Emmanuel Macron est revenu sur ces attaques sur le plateau du 20h de France2, se défendant d'être le candidat de l'argent, comme l'a sous-entendu son rival socialiste.

Cette apparition de Gabrielle Guallar aux côtés de Benoît Hamon intervient alors que le JDD a rapporté ce week-end que la jeune femme allait prochainement se révéler dans un livre de la journaliste de France 2 Alix Bouilhaguet, Le Couloir de Madame, à paraître le 5 avril aux éditions de l'Observatoire.

More news: Trump clings to Obama wiretapping claims - but no evidence yet
More news: UBS devrait être renvoyée en correctionnelle — Fraude
More news: Ligue 1 : Paris bat Lyon et talonne Monaco

"Tout commence aujourd'hui, tout commence avec vous, tout commence par vous", a-t-il dit devant un public fleuri de drapeaux aux couleurs du PS et d'Europe Ecologie-Les Verts, où retentissaient des "Benoît président". "Les deux autres pensent 'enrichissez-nous'", a-t-il ajouté, déclenchant de nombreux rires en visant cette fois François Fillon et Marine Le Pen.

Face à Jean-Luc Mélenchon, Benoît Hamon s'est aussi présenté comme l'unique candidat de la gauche. "Moi je ne perds pas le tiers ou la moitié de mon temps dans mes rassemblements à invectiver les autres candidats", a ajouté le candidat d'En Marche, jugeant qu'il ne faut ni "chérir", ni "détester" l'argent.

Recommande: