Présidentielle : suivez en direct le premier débat télévisé

20 Mars, 2017, 22:46 | Auteur: Phil Beauvilliers
  • Des gens assistent à un rassemblement électoral du candidat à la présidence du Parti socialiste français Benoit Hamon à l'AccorHotels Arena à Paris le 19 mars 2017

Mais au grand dam de Nicolas Dupont-Aignan et des autres "petits candidats", seulement cinq vont se retrouver ce lundi soir sur TF1.

Macron vainqueur au second tour. "C'est le moment le plus important", souligne Alain Duhamel: "Ça va être le début de la phase assez mystérieuse mais décisive, de la cristallisation : le moment où les intentions se transforment en intentions de vote". "Demain il va crever l'écran comme il a crevé l'écran durant les débats de primaire", espère un de ses lieutenants.

Du côté du service public, France 2 invitera tous les 11 candidats à débattre le 20 avril 2017.

Ce format à cinq est contesté car il exclut les six autres candidatures validées par le Conseil constitutionnel vendredi: les trotskistes Philippe Poutou (NPA) et Nathalie Arthaud (Lutte Ouvrière), les souverainistes Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France) et François Asselineau (UPR), le centriste Jean Lassalle et le vétéran inclassable Jacques Cheminade.

En ce qui concerne Marine Le Pen (FN), les critiques sont un peu moins nombreuses en comparaison aux autres candidats sans pour autant que la candidate ne s'en sorte sans aucune égratignure. Marine Le Pen, Emmanuel Macron, François Fillon, Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon auront environ trois heures pour exposer et discuter de leurs projets. "On a fait tester par des instituts les propositions de Benoît Hamon et à chaque fois elles sont très bien accueillies".

Pendant le débat, chaque candidat aura deux minutes pour répondre aux questions des journalistes et pourra se faire interpeller par un adversaire à partir d'1 minute 30. Au second tour, Emmanuel Macron battrait Marine Le Pen (60%-40%), François Fillon s'imposant avec 55% contre 45%. L'enjeu principal pour le député frondeur est donc de tenir la ligne ancrée à gauche, qui fait son identité, tout en n'obérant pas sa capacité à rassembler. "Si tout est banalisé, si on +primarise+ l'élection présidentielle, on émiette et on fragmente, on met tout en équivalence". Jean-Luc Mélenchon, candidat de la France insoumise, augmente lui de 0,5 point, à 10,5%.

Mais il n'est pas certain que Jean-Luc Mélenchon attaque frontalement le vainqueur de la primaire du PS, les deux hommes ayant passé un pacte de non-agression.

Non c'est non. Alain Juppé l'a redit cette semaine: il ne se présentera pas malgré les tumultes autour de l'affaire Fillon.

Recommande: