Sondage présidentielle : Macron président, Fillon loin derrière, ça se confirme (dernier pointage)

20 Mars, 2017, 20:02 | Auteur: Phil Beauvilliers
  • Benoît Hamon lors de son discours à Bercy à Paris le 19 mars 2017

Brigitte Trogneux épouse Macron a décidé de soutenir et de s'impliquer dans la campagne d'Emmanuel Macron. Ils sont cinq sur les rangs: le candidat de la gauche radicale Jean-Luc Mélenchon, le candidat socialiste Benoît Hamon, le centriste et ancien ministre de l'Economie de François Hollande Emmanuel Macron, le candidat des républicains François Fillon et la présidente du Front national Marine Le Pen. Mais attention, on ne le répète jamais assez, les sondages ne sont qu'une photographie de l'opinion, ils ne peuvent prévoir les dynamiques de campagne et les rebondissements qui peuvent tout changer.

Un "effet Macron" constaté dans toutes les régions métropolitaines Signalons qu'Emmanuel Macron est le seul candidat dont les intentions de vote ont augmenté sur la totalité des régions françaises sondées avec des résultats à + 5% en Centre Val de Loire et en Pays de Loire, à + 4% en Normandie et en Bourgogne Franche-Comté.

Les six autres candidats officiels - crédités de très peu d'intentions de vote -, seront en revanche privés de ce débat. Jean Lassalle non plus. Au second tour, Emmanuel Macron l'emporterait nettement face à Marine Le Pen, avec 63% des voix.

Fillon est encore donné éliminé par le sondage Ifop / Fiducial pour Paris Match, CNews et Sud Radio de ce 20 mars 2017. Ce lundi 20 mars restera comme un journée importante, puisque va se dérouler le premier débat télévisé en vue de l'élection. Le taux d'abstention pourrait ainsi dépasser les 30 % cette année, soit dix points de plus que la moyenne des autres élections présidentielles et un record sous la Ve République. Favori du scrutin (26,5% des intentions de vote dans le dernier sondage Kantar-Sofres), le fondateur d'En Marche! dispose du socle électoral le plus incertain. Benoît Hamon perd là aussi trois points à 46%. Exit donc Nicolas Dupont-Aignan, qui appréciera certainement d'être ainsi ramené à sa juste place et ne devrait pas manquer de s'égosiller tout au long de la journée... "Il est inquiet parce qu'il sent bien la montée et la pression de l'extrême droite et de ses thèmes et la difficulté de la gauche à être en capacité de se rassembler et d'affronter ce défi". Mais ceux-ci peuvent largement évoluer d'ici au premier tour, à part pour Marine Le Pen dont l'accession au deuxième tour paraît quasiment certaine. Si des spectateurs seront présents (420 au total), il s'agira de 180 proches des présidentiables (36 par candidat) et de 240 salariés de TF1. Une idée qui se conforte dans l'opinion publique depuis le début du mois de mars.

Recommande: