Berlin affirme qu'Erdogan a "dépassé une limite"

21 Mars, 2017, 01:41 | Auteur: Phil Beauvilliers
  • Le président de la Turquie Recep Tayyip Erdogan à Istanbul le 12 mars 2017. 

Le ministère allemand des Affaires étrangères, a dit Merkel, a adressé à Ankara une "note verbale" sans ambiguïté, ces derniers jours, pour signifier que les hommes politiques ne pourraient venir s'exprimer en Allemagne que s'ils respectaient les lois allemandes, lesquelles interdisent de manière très claire les accusations particulièrement malveillantes visant le gouvernement. Est-ce que monsieur Erdogan a encore tous ses esprits? Sur sa couverture du 17 mars, le journal a caricaturé la chancelière allemande. en Adolf Hitler.

"Merkel, vous appliquez des méthodes nazies!"

"Les comparaisons avec le nazisme sont inacceptables, sous quelque forme que ce soit", a déclaré la porte-parole en ajoutant qu'il appartenait désormais à la Turquie de mettre un bémol à sa rhétorique et d'éviter de nuire durablement aux relations bilatérales.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan s'en est pris personnellement dimanche à la chancelière allemande Angela Merkel. Berlin estime que le chef de l'Etat turc cherche, par ses provocations, à mobiliser son électorat, et en particulier celui de l'importante diaspora turque en Allemagne, pour son projet de réforme en se posant en victime.

More news: Qui sont les insoumis — Jean-Luc Mélenchon
More news: Macron président, Fillon loin derrière, ça se confirme (dernier pointage) — Sondage présidentielle
More news: Suivez en direct le premier débat télévisé — Présidentielle

Le président turc Erdogan avait accusé, le 5 mars, l'Allemagne d'user de "pratiques nazies", après l'interdiction, par des autorités municipales allemandes, de meetings électoraux en faveur du oui au référendum du 16 avril sur l'extension des pouvoirs présidentiels en Turquie. "Nous sommes tolérants mais nous ne sommes pas des imbéciles", a déclaré Sigmar Gabriel au quotidien allemand Passauer Neue Presse à paraître lundi. "Votre mission n'est pas de soutenir des organisations terroristes, mais d'en extrader les membres".

M. Erdogan a par ailleurs de nouveau qualifié le journaliste germano-turc Deniz Yucel "d'agent du terrorisme" et de "prétendu journaliste", reprochant à l'Allemagne de l'avoir hébergé pendant un mois au consulat d'Istanbul avant qu'il ne se rende à une convocation de la police. "Je m'étonne des propos que j'entends en provenance de Turquie".

Il a jugé de même inacceptable que la presse allemande consacre autant de titres à la Turquie, y voyant une ingérence dans les affaires intérieures de ce pays.

Recommande: