Erdogan frustré de n'avoir "pas encore" obtenu les JO — Turquie

21 Mars, 2017, 00:36 | Auteur: Phil Beauvilliers
  • Vraie dictature et fausse démocratie, le jeu pervers des démagogues

Recep Tayyip Erdogan fait référence à l'annulation, en Allemagne, d'un meeting électoral en faveur du 'oui' pour le référendum qui doit avoir lieu en Turquie le 16 avril prochain pour étendre les pouvoirs présidentiels.

Recep Tayyip Erdogan a aussi accusé dimanche le journaliste turco-allemand Deniz Yücel, incarcéré en Turquie, d'être un agent terroriste, tout en assurant qu'il serait jugé en toute indépendance par la justice turque.

Le ministre allemand des Affaires étrangères, Sigmar Gabriel a révélé dimanche, avoir dit à son homologue turc, Mevlut Cavusoglu, que son président avait "dépassé une limite" en lançant des accusations personnelles de "pratiques nazies" à l'endroit de la chancelière Angela Merkel. Ayant aussi empêché la venue de ministres turcs, le gouvernement néerlandais a été l'objet d'accusations similaires.

L'Allemagne est au centre du bras de fer du président Erdogan avec l'Europe car elle héberge la plus importante diaspora turque au monde, dont 1,4 million de personnes inscrites sur les listes électorales consulaires.

"J'ai dit de ce fait très clairement à mon homologue turc qu'une limite avait été franchie", dit Gabriel dans une interview que publie le journal Passauer Neuen Presse.

More news: Crise avec l'Europe: délire verbal du président Erdogan
More news: 6 kilos d'explosifs trouvés chez un homme — Apt
More news: Neymar se voit en Angleterre — Barça

Jusqu'ici, les responsables allemands ont préféré la retenue face aux provocations, persuadés que la surenchère ne ferait que faire le jeu du chef de l'Etat turc, soupçonné de vouloir se poser en victime pour mobiliser les indécis au projet de réforme constitutionnel. "Une proche de la chancelière allemande, Julia Klöckner, vice-présidente du parti conservateur CDU, a appelé à répondre avec fermeté".

Il a estimé dans un entretien à l'hebdomadaire Der Spiegel qu'Ankara n'avait pas réussi à "convaincre" de la responsabilité du prédicateur Fethullah Gülen dans le putsch manqué de juillet dernier.

Cet accès de tension écarte un peu plus encore la perspective d'une intégration de la Turquie à l'UE.

La peine capitale a été abolie en 2004 dans le cadre de la candidature d'Ankara à l'entrée dans l'Union européenne, et son rétablissement marquerait la fin des négociations sur cette adhésion. La direction turque a annoncé avoir convoqué l'ambassadeur d'Allemagne pour protester.

Recommande: