Syrie : 72 civils tués dans l'attaque chimique présumée, dont 20 enfants

06 Avril, 2017, 05:14 | Auteur: Phil Beauvilliers
  • Un homme est soigné après avoir respiré du gaz toxique dégagé par une frappe aérienne à Khan Sheikhun dans la province d'Idleb le 4 avril 2017  AFP

Sous l'impulsion de la France, des Etats-Unis et du Royaume-Uni, le conseil de sécurité de l'ONU devrait se réunir ce mercredi afin de voter un texte condamnant cette attaque et exigeant une enquête rapide sur cette affaire. Le chef d'Etat français a également affirmé sa volonté de mettre en œuvre une réaction internationale "à la hauteur d'un crime de guerre".

Son homologue britannique Matthew Rycroft s'en prenait, lui, à Moscou en estimant qu'un éventuel "veto russe signifierait qu'ils passent plus de temps à défendre l'indéfendable". De son côté, la France a demandé la convocation d'une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU. Ce bilan "pourrait encore augmenter car il y a des personnes disparues", a-t-il précisé.

Selon l'OSDH, 72 personnes, dont 20 enfants, sont décédées lors d'une attaque à l'arme chimique au nord-ouest de la Syrie, mardi. Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.

La Maison-Blanche a durci le ton à l'encontre du président Assad qu'elle tient pour responsable de cette attaque, un "acte odieux".

Sa représentante à l'ONU, l'ambassadrice américaine Nikki Haley avait prévenu auparavant que les Etats-Unis prendraient des mesures unilatérales en Syrie si l'ONU ne parvenait pas à répondre de manière collective à l'attaque chimique présumée. Selon Médecins sans frontières, des victimes du bombardement présentent des symptômes caractéristiques d'une exposition à ce type d'agent neurotoxique. Pour tout ce beau monde, organiser une attaque à l'arme chimique et l'attribuer au régime syrien est un jeu d'enfant. Selon le gouvernement américain, l'arme chimique utilisée serait du gaz sarin, déjà utilisée en août 2013 dans la région de la Ghouta et qui avait tué plusieurs centaines de civils.

More news: Donald Trump promet la fin de "la guerre contre le charbon"
More news: Le PSG va devoir payer pour les dégradations au Parc OL
More news: Syrian Lawmaker: Idlib Chemical Attack Staged to Blame Damascus

"L'armée russe a affirmé mercredi que l'aviation syrienne avait bombardé la veille près de Khan Cheikhoun un " entrepôt " des rebelles où étaient entreposés des " substances toxiques ", au lendemain d'une attaque " chimique " ayant coûté la vie à au moins 72 civils.

"Toutes les preuves que j'ai vues suggèrent que c'était le régime d'Assad (.) utilisant des armes illégales en toute connaissance de cause contre son propre peuple", a déclaré M. Johnson en arrivant à une conférence internationale sur l'avenir de la Syrie à Bruxelles.

Mardi soir, l'ex-branche d'Al-Qaïda et des groupes rebelles ont promis de venger les victimes de Khan Cheikhoun, exhortant leurs combattants à "embraser les fronts".

Moscou a ensuite qualifié le projet de résolution de "catégoriquement inacceptable" car "son défaut est d'anticiper les résultats de l'enquête et de désigner des coupables".

Qu'en disent le régime et ses alliés? "Et ceux qui ont des complaisances à l'égard de ce régime doivent également rendre des comptes, je parle d'abord des complices, ceux qui interviennent en Syrie et font en sorte que les avions de Bachar al-Assad puissent procéder à des largages de bombonnes de gaz", a ajouté M. Hollande. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Recommande: