Espagne: l'ETA n'a "rien à attendre" en échange de son désarmement

09 Avril, 2017, 16:56 | Auteur: Gerard Affre

Ces caches d'armes et d'explosifs, qui constitueraient ce qu'il reste de l'arsenal d'ETA, sont situées dans le département des Pyrénées-Atlantiques, frontalier de l'Espagne sur la côte atlantique.

"Un grand pas" et "un jour incontestablement important", a estimé le ministre français de l'intérieur Matthias Fekl dans une déclaration à la presse. 'Au fur et à mesure de ces localisations, les forces de l'ordre et de sécurité procèdent en temps réel à la sécurisation de ces sites et à la sécurisation des armes et explosifs qui pourront y être découverts', a expliqué le ministre.

D'après des experts de la lutte antiterroriste, l'arsenal d'ETA comprendrait environ 130 armes de poing et deux tonnes d'explosifs, pour l'essentiel volées en France. Selon eux, l'organisation serait également "à l'agonie et le mouvement clandestin compterait tout au plus encore une trentaine de membres".

En revanche, à Madrid, la tonalité est toute autre et c'est la première fois que l'Espagne et la France ne sont pas sur la même longueur d'ondes sur ce dossier: l'ETA doit 'annoncer sa dissolution définitive, demander pardon à ses victimes et disparaître, au lieu de monter des opérations médiatiques pour dissimuler sa défaite', a sèchement commenté le gouvernement espagnol dans un communiqué.

ETA (Euskadi Ta Askatasuna, Pays Basque et Liberté), née en 1959 dans la lutte contre le franquisme, a renoncé en octobre 2011 à la lutte armée, après plus de 40 ans de violences au nom de l'indépendance du Pays Basque et de la Navarre et 829 morts attribuées au mouvement clandestin. L'organisation avait aussi demandé d'ouvrir des négociations concernant les près de 360 etarras détenus (dont 75 en France), parmi lesquels une centaine purgent des peines de plus de dix ans de prison.

Le président du gouvernement, Mariano Rajoy, a déclaré que 'l'ETA a fait une énième annonce de désarmement (.) cela se fera en échange de rien'.

La Commission internationale de vérification, qui oeuvre pour la fin du conflit au Pays Basque, est censée "authentifier le désarmement" du mouvement clandestin. "Le gouvernement français se félicite de cette opération, menée dans le calme et sans violence". Vendredi soir, le Parti populaire (conservateur) au pouvoir avait organisé un "contre-événement", une cérémonie en hommage "aux protagonistes de la défaite de l'ETA", à Vitoria (Pays Basque), centrée autour des familles des victimes d'ETA.

"Txetx" Etcheverry a indiqué que "de nombreux parlementaires du Pays Basque nord et sud seront présents samedi à Bayonne" pour la "Journée du désarmement" sur le thème "Nous sommes toutes et tous des artisans de la paix", un rassemblement auquel sont attendus plusieurs milliers de participants.

Recommande: