Macron imagine ses 100 premiers jours à l'Elysée s'il est élu — Présidentielle

10 Avril, 2017, 06:19 | Auteur: Gerard Affre

Sur le plan budgétaire et fiscal, le candidat d'En Marche souhaite, dès son entrée en fonction, qu'"un audit des finances publiques" soit réalisé "afin de disposer à la mi-juin des résultats de la gestion en cours". Alors qu'il stagne dans les sondages, le candidat d'En marche! a accordé un large entretien au JDD, ce dimanche 9 avril. Voici ce qu'on peut en retenir. "Ces 'cent jours' doivent être les fondations d'une action pérenne", explique le candidat d'En marche!. Et "je déciderai une fois par an, en lien avec le premier ministre, de les reconduire ou pas", ajoute-t-il.

Il assure qu'il obtiendra une majorité au Parlement ("on n'a jamais vu, depuis 1958, le peuple français dire le contraire aux législatives de ce qu'il a dit quelques semaines plus tôt à la présidentielle") et qu'il a déjà le "vivier" potentiel pour former un gouvernement.

Prié de dire quelles seraient les premières mesures de sa présidence, il répond qu'un projet de loi de moralisation de la vie politique "sera mis sur la table du conseil des ministres avant les législatives". L'un des points phares de ce projet de loi sera "l'interdiction du népotisme pour les parlementaires". Comme une réaction à l'affaire Fillon. Pour éviter les conflits d'intérêts, les activités de conseil seront également interdites. Avant la fin de l'année, le candidat souhaite faire voter "la réduction d'un tiers du nombre de parlementaires " et "l'introduction d'une dose de proportionnelle ".

La diplomatie figure également dans les priorités du candidat. "Mais la situation européenne, après Londres, Saint-Pétersbourg et Stockholm, ne me semble pas propice à une levée de l'état d'urgence".

Là encore Emmanuel Macron veut aller vite. Et dans son programme, il souhaite réformer le droit du travail par ordonnances. Le tout se ferait "par ordonnances, pour procéder de manière rapide et efficace".

Enfin, à l'été, il réaliserait "un tour des capitales européennes" pour proposer une "feuille de route à cinq ans pour doter la zone euro d'un vrai budget et pour une vraie Europe à 27 de l'environnement, de l'industrie et de la gestion des migrations". Une initiative qu'il a prise même s'il dit ne pas croire au concept des "cent jours".

Patrick Balkany, député-maire LR de Levallois-Perret, est soupçonné d'avoir caché au fisc une propriété à Marrakech et une autre aux Antilles françaises.

Selon lui, M. Macron "doit tout" à M. Hollande, "il lui doit sa carrière, il lui doit ses nominations, il lui doit ses postes, il lui doit ses idées, il lui doit ses projets, il lui doit aussi ses soutiens, il lui doit ses amis, ses fidèles, il lui doit son gouvernement, il lui doit son avocat", Me Jean-Pierre Mignard. Il a toutefois critiqué " le manque de sens donné dès le début, le manque de volontarisme européen " ou encore " l'impossibilité de trancher " rapidement.

Recommande: