En grève, les internes en médecine dénoncent une "réforme bâclée"

18 Avril, 2017, 19:59 | Auteur: Djeferson Maurice
  • Le principal syndicat d'internes en médecine appelle à la grève mardi pour réclamer notamment l'allongement du temps de formation pour certaines spécialités

Mardi 18 avril, des internes, dont ceux de la faculté de médecine de Rouen, ont manifesté à Paris devant le Ministère de l'enseignement. Ces derniers sont appelés à se mettre en grève par l'ISNI (l'InterSyndicat national des internes), principal syndicat d'internes, qui a déposé un préavis de grève illimité à compter du 18 avril.

Le principal syndicat d'internes en médecine appelle à la grève ce mardi 18 avril pour réclamer l'allongement du temps de formation pour certaines spécialités dans le cadre de la réforme du troisième cycle des études médicales, censée s'appliquer en novembre prochain.

Le soucis vient -entre autre- du fait que ce projet maintient 4 années de formation pour plusieurs spécialités comme la cardiologie, la néphrologie et l'hépato-gastro-entérologie quant il en faudrait 5 "pour apprendre les nouvelles techniques" de la médecine moderne selon l'ISNI et son président national Olivier Le Pennetier. Le fonctionnement des hôpitaux ne devrait pas trop être impacté par la grève, puisque internes, grévistes et "seniors" se sont "organisés" pour garantir la continuité des soins, a assuré Olivier Le Pennetier. La réforme du 3e cycle des études de médecine, c'est-à-dire de l'internat, en fin de sixième année, est jugée insatisfaisante.

Les internes ont le soutien du premier syndicat de médecins libéraux, la CSMF et des présidents des CNU (conseil national d'université) et de collèges de cardiologie, néphrologie et hépato-gastro-entérologie.

More news: L'état d'urgence déclaré après deux attentats meurtriers revendiqués par Daesh — Egypte
More news: Paulo Dybala s'explique sur sa prolongation — Mercato
More news: Nouvelle manifestation contre le meeting de Marine Le Pen à Paris

Les internes devaient se rassembler ce mardi à 16h devant le ministère de l'Enseignement supérieur à Paris pour dénoncer cette réforme très décriée.

Or la réforme pourrait même entraîner une réduction du temps de formation, selon lui. "Elle prévoit l'instauration d'un "statut d'assistant de troisième cycle" en quatrième année, alors que les postes d'assistants sont actuellement réservés aux praticiens ayant terminé leur internat", explique-t-il. Des rassemblements sont prévus un peu partout en France et notamment devant le CHU à Dijon dès 11 heures.

De son côté, le ministère de la Santé assure que la durée de formation n'est pas réduite et sera désormais "révisable annuellement".

Pour les étudiants, cet allongement du temps de formation est une nécessité au regard des évolutions médicales.

Recommande: