Bastia publie un communiqué et prend des mesures drastiques !

19 Avril, 2017, 23:41 | Auteur: Djeferson Maurice
  • Les joueurs de Lyon Rafael Da Silva et Jordan Ferri sont protégés par le staff lyonnais lors des échauffourées à la mi-temps du match contre Bastia le 16 avril 2017 à Furiani- PASCAL POCHARD-CASABIANCA- AFP

"Mais nous allons défendre notre club". Dans ce communiqué, il est enfin précisé que " le Sporting Club de Bastia et la grande majorité de ses supporters refusent d'être pris en otage par une minorité de personnes et se battront afin de préserver les valeurs du club et la place qui est la sienne parmi l'élite ".

Fermes, les mesures annoncées mardi le sont. Le club corse a également indiqué que des interdictions de stade seront prononcées contre les personnes impliquées dans les violences survenues avant la rencontre et à la mi-temps du match contre Lyon, dimanche après-midi en Ligue 1.

Les dirigeants corses annoncent notamment que la tribune est, "d'où sont descendus les supporters de Bastia 1905 venus agresser les joueurs de l'OL", sera fermée à titre conservatoire et réaménagée pour "maximiser la sécurité au stade Armand-Cesari".

"Je ne parlais que de terrain (.) Je n'ai jamais cherché à ce que des supporters ou de pseudo supporters aillent mettre le souk dans ce match-là", a encore affirmé celui qui a été écarté du poste d'entraîneur le 27 février.

More news: Une tentative d'attentat déjouée — Marseille
More news: Attaque "chimique": Paris apportera "la preuve" que Damas est responsable
More news: Mobiliser tout son socle — Fillon

Le SC Bastia est convoqué jeudi à Paris par la Commission de discipline de la LFP.

Deux mois plus tard, la sanction a été réduite en appel à trois points de retrait avec sursis, mais le FC Metz n'a pas le même passif que le SC Bastia en terme d'indiscipline en tribune. Le risque d'un retrait de points plane également, ce qui rapprocherait le club de la L2.

Le club corse "est déjà passé à quatre reprises en commission de discipline cette saison à cause de sa tribune Est", a rappelé dimanche Nathalie Boy de la Tour, citant le Parisien Lucas frappé avec un drapeau lors de la première journée, des fumigènes en décembre contre Marseille, "l'affaire des déplorables cris racistes contre Mario Balotelli le 20 janvier", et le cas de Bastia-Nantes (match du 1er mars) "encore en instruction".

Recommande: